Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2020

L'art public doit-il se réduire à des peinturelures ?

Selon la définition institutionnelle, l'art public désigne les réalisations généralement pérennes d'artistes - sculpture, architecture éventuellement monumentale, peinture - planifiées et exécutées en vue d'être présentées sur l'espace public : principalement en extérieur et accessible à tous, mais également parfois à l'intérieur d'édifices ouverts au public.

DSCN0130.JPG

Les monuments et les statues sont sans doute les formes les plus anciennes et les plus visibles d'art public officiellement approuvées, mais le terme peut englober le mobilier urbain et toutes les initiatives destinées à orner l'espace urbain.

DSCN1662.JPG

Au fil des années qui ont suivi ces exemples, on a vu l'art public se dépouiller, utiliser des matériaux moins nobles, des techniques de réalisation moins couteuses et avoir de fait une pérennité réduite.

paris paris
paris paris
paris
paris paris
paris
paris paris

Au cours de la mandature municipale qui s'achève, il semble évident que l'on a assimilé l'art public à l'art urbain plus souvent dénommé Street Art qui se traduit presque toujours par des graphismes simples réalisés en peinture acrylique sur des supports peu adaptés et dont la durée de vie n'excède pas quelques années.

paris
paris paris
paris
paris paris

Si le mouvement se poursuit, l'art public ne risque-t-il pas de se réduire à de l'art rupestre ?

lascaux.jpg

Après le Permis de végétaliser dont on peut juger des résultats, ne risque-t-on pas de voir une prochaine municipalité soucieuse de plaire à moindre coût instituer un Permis de décorer les murs et les sols de l'espace public ?

Commentaires

Merci d'avoir exprimé le malaise que je ressentais vaguement.
On a l'air de s'cheminer vers le tag. Mais ces interventions dans le paysage urbain ne prétendent pas défier les siècles.
Je ferais une exception pour la décoration des sols dans des voies destinées à être "des lieux de rencontres". Afin de rappeler aux automobilistes et autres véhicules à moteur que les piétons ont la priorité absolue sur toute leur longueur, des dessins au pochoir, blancs , pour rappeler la couleur des passages protégés, ou bigarrés, les égayeraient.

Écrit par : Daliel | 10/01/2020

L'art rupestre est beaucoup plus riche que ces gribouillis (non genrés ! faut pas déconner ) autorisés et pire, souvent subventionnés par l'argent public. Merci Jack !

Écrit par : le corbeau | 14/01/2020

Non.
C'est une forme artistique comme une autre, qui a également le mérite de couter moins cher et de pouvoir être changée.
L'ajout de couleurs sur nos murs est plutôt une bonne chose.
Quant à les comparer à de simples tag ou à des peintures rupestres...J'y vois de la mauvaise foi et une vision un peu classique de ce que "doit" être l'art.

Écrit par : Jean Phi | 15/01/2020

@ Jean Phi,
Si vous préférez, on pourrait dire que ces peinturelures sont à l'art ce que le fast food est à la gastronomie.

Écrit par : manuel | 15/01/2020

Écrire un commentaire