Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2018

La question du mois (70)

parisPour faire vivre la facette dialogue de ce blog qui s'affirme blog citoyen d'information et de dialogue des habitants du quartier et au-delà, nous vous invitons chaque mois à nous faire part des réflexions que vous inspire une question.

La question du mois d'Octobre :

paris

Vous êtes incommodés
par des épanchements d'urine ?

Pensez-vous que les Uritrottoirs
soient la solution ?

En souhaitez-vous dans le quartier ?

08:02 Publié dans Démocratie locale | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : paris

Commentaires

Je reste convaincu que ces uritrottoirs sont une idée ridicule. C’est aussi efficace que de mettre des seaux aux endroits stratégiques en espérant que les types vont viser juste.
On cautionne le fait que certains hommes ont la capacité de rétention d’un enfant de 3 ans, et qu’ils ne sont pas capables de se contrôler. Pourquoi ne pas proposer des distributions de couches pour adultes dans ce cas? Ce serait encore plus efficace!

Quel message fait-on passer? Que c’est normal de ne pas savoir se retenir? Et je ne parle pas de la polémique sur la nature sexiste de ces engins: soit les femmes ont des vessies surdimentionnées, soient elles sont victimes et doivent souffrir en silence.

C’est surtout je pense une histoire de sous: comme les toilettes publiques coûtent cher, on préfère vanter un pauvre bac en plastique avec une plante dessus den le présentant comme une innovation majeure!

Entre ça et le mobilier en palettes recyclées, la mairie a le sens de l’économie plus développé que celui du ridicule.

Écrit par : Aldric | 11/10/2018

@ Aldric, votre analyse est un peu courte. Il existe des personnes qui, pour différentes raisons ( maladies, médicaments, profession) doivent pouvoir trouver une solution pour uriner. Les uritrottoirs ont été conçus dans les pays du Nord pour les buveurs de bière. C'est une solution inesthétique et malodorante qui peut être utilisée lors de rassemblement de foule. Pourquoi devant le Centre Pompldou, il y a 2 sanisettes à 20 mètres de distance alors qu'il n'y en a que 3 sur toute la longueur de l'avenue Daumesnil? C'est cette solution qu'il faut développer car elle es utilisable par tous , à condition que l'entretien soit assuré correctement. Il ne faut pas oublier que de plus en plus de cafés refusent l'accès à leur toilettes sans consommation.

Écrit par : Philippe | 12/10/2018

Non merci.
les rues sont assez sales comme cela.
Inutile d'ajouter des structures ouvertes, mal conçues pour l'utilisation, le nettoyage et l'entretien,
Les sanisettes Decaux offre au moins l'avantage d'être auto nettoyantes, d'être utilisables par tous et toutes, d'être positionnables près des écoles.

Il faut arrêter de pondre de fausses bonnes idées à la pelle et de nous prendre pour des imbéciles chaque jour

Écrit par : Sandra | 12/10/2018

@Philippe, merci pour votre complément sur mon commentaire qui aborde le problème des différents usages et usagers.

Vous avez effectivement d'un côté les "buveurs de bière" qui, je pense, ne contrôlent pas les conséquences de leurs actes, et d'autre part les cas légitimes nécessitant des toilettes publiques. Mais je pense qu'il y a plus de personnes irrespectueuses que de cas d'urgences dans les épanchements sauvages. L'uritrottoir à mon avis ne prend pas en compte les cas particuliers, et, une fois de plus, quid des femmes, des personnes handicapées, etc?

Si les cafés font payer l'accès aux toilettes, c'est aussi parce que beaucoup de personnes abusent du service. A la place d'un patron de bar, je pense que j'aurais la même réaction, car je me dois de proposer des toilettes propres et disponibles en priorité à mes clients.

Ce que je reproche à la ville sur ce sujet est de privilégier les solutions de facilité plutôt que les infrastructures pérennes. Et de dépenser 6000 euros pour un clip idiot qui n'aura aucun impact sur tous les types bourrés et les scandaleux de tout genre.

Les sanisettes automatiques, ou pourquoi pas à l'ancienne avec préposé(e) et contribution financière faible mais symbolique (on le voit bien, ce qui est gratuit ne vaut rien, et n'est pas respecté à sa juste valeur) sont un service public pour tous ceux qui en ont besoin. Les autres peuvent être verbalisés jusqu'à ce que la leçon rentre, c'est souvent la seule solution. En prime, cela fera des finances pour construire des sanisettes automatiques et enlèvera l'argument de l'envie trop pressante pour marcher 300m de plus...

Écrit par : Aldric | 12/10/2018

RIDICULE !!! où est le nettoyage ??? pauvres fleurs !!! quelle discrétion !!! Au lieu de faire des dépenses bling bling la Mairie devrait développer les VRAIES toilettes dans tous les quartiers et s'occuper aussi des trottoirs qui sont dans un triste état.
Je suis une femme alors je dois m'exhiber pour uriner ???

Écrit par : ELLY | 15/10/2018

Écrire un commentaire