Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2015

Petite Ceinture : du vert et du calme, nous ne demandons rien d'autre

parisLa Petite Ceinture est une voie ferroviaire de 32 km autour de Paris, construite au Second Empire (1852 -1869) pour relier les gares parisiennes entre elles. Ce réseau appartenant à RFF est fermé au trafic voyageurs depuis 1934 (à l'exception d'un tronçon utilisé par le RER C).

Son devenir a fait l'objet d'une concertation de décembre 2012 à février 2013. Les participants se sont majoritairement prononcés contre toute construction sur son emprise et ont mis l'accent sur le potentiel social et de respiration dans la ville qu'elle offre. On peut lire ici le bilan complet de cette concertation.

Sur la feuille de route que Catherine BARATTI-ELBAZ (Maire du 12e) a adressé peu après son élection à Richard BOUIGUE son 1er adjoint, on lit :

Vous veillerez à ce que les perspectives d'ouverture au public de certains tronçons de la Petite Ceinture se mettent en oeuvre dans le 12e arrondissement. Vous accompagnerez le développement de nouveaux usages - récréatifs, sportifs, agricoles - dans le respect de la biodiverslté.

paris

Petite Ceinture à la porte de Charenton (Cliquez pour agrandir)

En avril 2015, le Conseil de Paris a approuvé le protocole [2015 DU 10] signé entre la Ville de Paris et la SNCF concernant la Petite Ceinture.

Il y a quelques jours, l'APUR a donné accès sur cette page à un dossier très complet de présentation de l'état des lieux de la Petite Ceinture (148 pages, 250 Mo).

paris

Cliquez pour agrandir

Dans le cadre du Budget Participatif, le projet Reconquête de la Petite Ceinture élaboré à partir des propositions de 73 parisiens a été retenu au niveau parisien pour un montant de 7,5 M€.

On y lit : Dans le cadre de la reconquête de la Petite Ceinture, ce projet propose de créer des aménagements légers et réversibles pour permettre des activités de loisirs, culturelles, sportives, d'agriculture urbaine, de promenade mais aussi d'implanter des buvettes ou des restaurants dans ce cadre unique de Paris, dans le respect de la biodiversité et de son patrimoine ferroviaire.

L'agence abcd a été désignée pour assister la Ville de Paris et la SNCF dans l'élaboration de ce plan-programme.

paris

Si la reconquête de la Petite Ceinture espérée depuis des décennies nous réjouit, nous sommes beaucoup plus circonspectes sur ce qui risque d'en être fait :

Pense-t-on pouvoir contribuer au respect de la biodiversité de la Petite Ceinture en la dotant d'équipements récréatifs, sportifs ou agricoles ?

Ne serait-il pas plus simple et plus sain de la considérer comme une ramification du bois qui pénètre pour notre plus grand bonheur en ville ?

Ne suffit-il pas de mettre le lieu en accessibilité, d'en assurer l'entretien et de laisser les promeneurs profiter le sa végétation et de son calme ?

paris

Il y a suffisamment d'autres lieux à Paris permettant des activités sportives, musicales ou ludiques. En créer sur la Petite Ceinture serait en détruire tout le charme.

Quand on voit l'engouement des parisiens pour investir les plus petits espaces verts situés à proximité de leurs lieux d'habitation, il paraît évident que la simple possibilité de passer du bruit au silence, du minéral au végétal suffit à leur pleine satisfaction.

03:14 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : paris

Commentaires

Entièrement d'accord ! Du vert et du calme, tout simplement

Écrit par : chris | 11/12/2015

Si nous comparons les phrases dans la feuille de route de C.B.E. à destination de R.B aux objectifs du projet des 73 parisiens, il me semble qu’il n’y a pas de contradictions hélas …faute de quoi le projet eut terminé sa vie dans un container à couvercle jaune !
Dans le texte de C.B.E , le ver était dans le fruit : « récréatifs, sportifs, agricoles - dans le respect de la biodiverslté »
Reste aux 73 parisiens à C.B.E et R.B de nous expliquer : comment la biodiversité (je préfère la diversité biologique) est –elle compatible avec les buvettes et les restaurants ?
A moins que ces derniers soient tenus par des bucoliques « verdoyants » et adeptes de Savonarole !
La reconnaissance oblige « souvent » à manger , pas qu’au restaurant , dans la main de ceux qui les servent.
Et, pour nous prouver leur bonne foi, ils mangeront tous de l’oseille !
Dans l’attente des baraques à frites et autres « fast food » profitons de cet espace naturel .

Écrit par : bernard | 11/12/2015

Vous avez raison de craindre les "baraques à frites"...

Les Parisiens ont été interrogés en 2012-2013 sur l'avenir de la ligne ferroviaire non désaffectée de Petite Ceinture et ont montré leur attachement à son évident caractère ferroviaire (version expliquée du bilan ici : http://bit.ly/bilanconcertation2013), et pas seulement au "vert" et au "calme".

Le protocole signé entre la Ville et le propriétaire impose donc tout naturellement que les aménagements soient réversibles pour que le trafic ferroviaire puisse reprendre dans l'avenir (http://bit.ly/Protocole2015), comme le propriétaire l'a maintes fois réaffirmé.
Les maires d'arrondissement peuvent bien former des vœux, ils doivent impérativement se plier aux contraintes prévues dans ce protocole.

Ne vous laissez pas abuser : l'emploi du terme "reconquête" pour désigner la volonté d'annexion à peu de frais d'une ligne n'ayant JAMAIS appartenu à la Ville de Paris tient d'un mélange de communication politique et de méthode Coué. La ligne a été construite par des entrepreneurs privés avant que Paris ne s'étende par annexion d'une partie des communes limitrophes, et elle est demeurée depuis la création de la SNCF propriété de celle-ci : c'est une ligne de chemin de fer d'intérêt national et rien d'autre.

En ce qui concerne le "Budget Participatif" (sic), de l'aveu même d'un responsable associatif prenant la parole au nom de la Ville (!) lors d'un "débat" en arrondissement il y a peu, le projet dont il est question a été piloté par SON association, en tenant compte de SES propres idées. Pour la "démocratie participative", on est prié de laisser ses paupières fermées… Le montant des subventions versées par la Ville à ses "amis" en dit probablement plus long qu'une exégèse…

Écrit par : Jean | 12/12/2015

Ouvrons les paupières sur la Démocratie participative : Pléonasme ?!
La démocratie participative : expérience de démocratie directe (le peuple décide), locale (pour traiter de dossiers proches, dans lesquels chacun est impliqué et dont il a une connaissance complète ) avec un pouvoir de décision, dans laquelle PAS UN n’est laissé pour compte.
Donc dans ce projet 73 parisiens ont obtenu un budget de 7,5 M€ pour « reconquérir » la voie ferrée.
Reconquérir c.a.d. "le reprendre après l’avoir perdu" ?
Perdu buvettes et restaurants ?
La circulation d’un train (loisir/détente famille) historique (vapeur) le W.E ne serait-il pas plus adapté ?

Écrit par : bernard | 13/12/2015

Nous désirons du calme donc des espaces verts avec de la biodiversité en excluant les plantes allergènes, ce qui n'est pas le cas des nouveaux aménagements de certaines petites parcelles dan le quartier.
Depuis que le train ne circule plus, des constructions ont eu lieu au ras de certaines habitations. Ces habitants qui travaillent ont besoin de calme le we.
Je profite de la promenade plantée qui appartenait à la SNCF. Certains équipements sont régulièrement en panne car les parents laissent leurs enfants y "jouer" alors qu'il existe un endroit spécifique pour eux. Je dois fréquemment leur rappeler que ce n'est pas un jouet et ils me regardent de travers comme si j'avais tort. Il faut agir en tenant compte du manque de civisme grandissant des habitants !!!

Écrit par : ELLY | 14/12/2015

Les constructions réalisées le long de la ligne l'ont été en connaissance de cause : le cadastre indique bien qu'il s'agit d'une ligne de chemin de fer. Il n'est pas nécessaire d'être Sherlock Holmes pour apprendre que cette ligne du Réseau Ferré National n'est pas désaffectée et que le trafic, réduit à la portion la plus congrue possible, peut reprendre sans formalités et à tout instant.

Quand on déteste le climat marin, on n'achète pas au bord de la mer ; quand ont déteste le ferroviaire, on n'achète pas au bord d'une voie ferrée : n'est-ce pas logique ?

Contrairement à la Coulée verte René-Dumont (anciennement dénommée Promenade plantée), la Petite Ceinture est toujours propriété de SNCF Réseau qui ne compte pas l'abandonner pour quelques kopecks...

Écrit par : Jean | 15/12/2015

Le protocole d'accord signé cette année marque l'abandon du projet de coulée verte continue sur les 23 kilomètres Sud, Est et Nord de la Petite Ceinture ferroviaire, comme le montre la carte présentée dans cet article.

Cet abandon est dû à la présence de nombreux ouvrages d'arts (ponts et tunnels) sur la ligne. L'exemple de la promenade réversible aménagée ces dernières années dans le 15e arrondissement montre l’impossibilité d'ouvrir les tunnels au public sans réaliser de coûteux aménagements pour réaliser des accès pompiers.

Autre exemple d’ouvrage d’art inaccessible : lors de la réunion organisée le 19 novembre dernier à la Mairie du 19e arrondissement, il a été annoncé que le pont de la Petite Ceinture ferroviaire franchissant ne canal de l’Ourcq ne serait pas ouvert au public. On peut se poser la question sur le viaduc du Cours de Vincennes et de la rue de la Voûte.

Par ailleurs, le fait que la Petite Ceinture soit en dessous ou au-dessus du niveau de la rue sauf en quelques rares points nécessite de construire des ascenseurs, des escaliers et des rampes d'accès, ce qui engendre un coût non négligeable.

Au total, l'aménagement de la promenade réversible dans le 15e a coûté plus de 7 millions d'Euros pour 1,3 kilomètres. Une somme proche des 8 millions d'Euros annoncés par la Ville pour la transformation des voies sur berge Rive-Droite en promenade, pour un potentiel de fréquentation bien inférieur.

Face au coût d’ouverture au public de la plate-forme de la Petite Ceinture ferroviaire dans une période de crise économique et de restriction budgétaire, les projets sont donc restreints et accompagnés d’une volonté de rentabilité économique de la part de la SNCF et de la Ville de Paris.

Le critère économique est déjà appliqué depuis quelques années aux bâtiments de voyageurs des anciennes stations de la Petite Ceinture qui deviennent à tour de rôle des cafés-restaurants ou salles de concert de gestion privée (la Flèche d’Or, la Recyclerie, le Hasard Ludique, la gare du Pont de Flandre).

Les élus et candidats aux élections municipales qui ont défendu l’idée d’une coulée verte sur la Petite Ceinture ferroviaire, notamment dans le 12e arrondissement, sont restés très vagues sur la question budgétaire. Les projets évoqués par l’APUR représentent le douloureux passage du rêve distribué en période électorale à la réalité.

Écrit par : Bruno | 16/12/2015

Dans le 18e arrondissement, la "reconquête" de la Petite Ceinture a commencé, mais sous une forme non prévue par la Ville de Paris : https://t.co/CjONIj5jPM

Écrit par : Bruno | 19/12/2015

Nous savons que cette ligne appartient à RFF mais Les temps changent et quasiment plus de train n'y roule . plutot que de laisser cet espace immense fermé sans qu'il ne profite à personne autant qu'il profite à tout le monde en l'ouvrant au public.
RFF n'a plus les moyens d'entretenir la PC, pourquoi ne pas louer l'espace à la ville de Paris ?
je trouve également que l'on pourrait restaurer les ancien feux de signalisation ainsi que les aiguillages pour rappeler le caractere ferroviaire ancien .
Des jardins collectifs permettraient aux riverains et aux enfants de s'essayer à jardinage ...
Enfin il y aurait plein de possibilités pour utiliser ce qui est actuellement un gigantesque terrain vague

Écrit par : philippe | 26/12/2015

Bonne année !

En ce qui concerne les projets de mixité d'usage, la meilleure manière de préserver le caractère ferroviaire de l'endroit, volonté exprimée par les Parisiens lors de la Concertation 2013 (http://bit.ly/Protocole2015) pourrait être de mettre en place des aménagements réversibles compatibles avec des circulations exceptionnelles de trains de découverte (http://bit.ly/Protocole2015).

Écrit par : Jean | 04/01/2016

Désolé pour l'envoi avant relecture : voici mon message avec les liens corrigés...

Bonne année !

En ce qui concerne les projets de mixité d'usage, la meilleure manière de préserver le caractère ferroviaire de l'endroit, volonté exprimée par les Parisiens lors de la Concertation 2013 (http://bit.ly/bilanconcertation2013) pourrait être de mettre en place des aménagements réversibles compatibles avec des circulations exceptionnelles de trains de découverte (http://bit.ly/Budgetpctrain).

Écrit par : Jean | 04/01/2016

Ironie de l'histoire, le jour où Anne Hidalgo tient sa cérémonie des voeux aux élus et y cite l'ouverture d'une promenade dans le 13e arrondissement (rappelons que cette derniière devait ouvrir à l'automne 2015), le quotidien britannique The Guardian publie un article sur le bidonville du 18e arrondissement : http://www.theguardian.com/cities/2016/jan/05/life-shanty-town-paris-abandoned-railway-petite-ceinture

Shantytown siginifie littéralement la ville-cabane.

Écrit par : Bruno | 06/01/2016

Les commentaires sont fermés.