Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2020

Les Archives de Paris : on y découvre des perles

parisDepuis plus de 200 ans, les Archives de Paris collectent, classent, inventorient, conservent, communiquent et mettent en valeur des documents d'intérêt historique, concernant Paris ou l’ancien département de la Seine. Une partie des archives de Paris a disparu lors des incendies lors de la Commune de Paris en mai 1871, notamment la plus grande partie des registres paroissiaux et d'état civil allant du xvie siècle à 1860.

Depuis 1990, les Archives de Paris sont situées au 18 boulevard Sérurier (19e).  Le fonds comprend 5,5 millions d’archives numérisées dont entre autres :

  • État civil parisien de 1860 à 1902, et plus
  • Fichier alphabétique de la première reconstitution de l’état civil antérieur à 1860
  • Dénombrements de population (1926, 1931, 1936 et 1946)
  • Tables des états signalétiques et des services militaires (1875-1930)
  • Répertoires d'admission des enfants assistés (1742-1917)
  • Ordonnances de restitution des biens spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale (1945-1976)
  • Plans parcellaires parisiens du xixe siècle
  • Collections photographiques (1860-1940)

C'est dans cette dernière collection que nous avons dégoté ces deux petites perles (Cliquez pour les agrandir) :

paris

2 impasse des Marguettes (CIRCA 1894-1898)

paris

27-29 rue du Rendez-Vous (1910)

15/05/2020

Trente millions de touristes à Paris, combien dans le 12e ?

Pendant que certains journaux font leur Une sur les 50 millions de touristes accueillis en Île de France en 2019, d’autres titrent de manière provocatrice Y a-t-il trop de touristes à Paris ?. Certains vont même jusqu'à se demander Faut-il vraiment continuer à célébrer l'attractivité de la région parisienne ?.

paris

La crise du Coronavirus affecte certes tout particulièrement l'hôtellerie, la restauration et toute l'industrie du tourisme, mais déjà auparavant le sujet était l'objet de réflexions et de discussions. Il était d'ailleurs bien présent dans les programmes des candidats aux municipales.

Si parfois, sans atteindre ce que l'on voit à Venise ou à Barcelone, le tourisme de masse affecte négativement la vie des habitants de certains quartiers parisiens, c'est pas tant le nombre de touristes, mais leur concentration dans quelques lieux qui en est la cause.

parisParmi les 15 sites d’Ile de France, les plus visités en 2019, 11 sont situés dans 5 arrondissements centraux, 3 dans les autres arrondissements et un seul (le Domaine de Versailles), n’est pas à Paris.

Pour que Paris puisse profiter de l'apport économique du tourisme sans en devoir subir les inconvénients, il faut bien évidemment déconcentrer l'offre qui se résume actuellement à Tour Eiffel, Champs Elysées, Montmartre, Marais et quelques trop rares autres lieux. Comment comprendre qu'il y a quelques mois, Sortiraparis faisait encore la promotion de la rue Crémieux !

Six années ont passé depuis notre précédent article sur le sujet (voir ici). Elles ont été marquées par une augmentation considérable de l’offre hôtelière dans le 12e. Les constructions et rénovations concernent tous les secteurs : touristes, étudiants, déplacements professionnels. Réjouissons-nous de savoir que davantage de visiteurs dorment dans notre arrondissement, mais on aimerait aussi les voir le découvrir, s'y distraire, y déjeuner …

Le plan présenté en novembre 2018 au Conseil de Paris de  prévoyait déjà en bonne place : Soutenir le développement de secteurs émergents et de nouvelles offres touristiques en dévoilant des facettes méconnues de Paris et attirer de nouvelles clientèles touristiques, désireuses de découvrir un Paris authentique.

paris

Soyons réalistes : aucun des monuments remarquables situés dans le 12e n'est en mesure de justifier à lui seul ne serait-ce qu'une demi-journée dans l'arrondissement. Il faut donc inventer et mettre en oeuvre de nouveaux moyens pour inciter les touristes à consacrer une part de leur séjour à notre arrondissement. Quelques idées :

Des promenades découvertes ou des visites à thème :

  • Art et architecture de la gare de Lyon à Bercy (Cour Saint Emilion)
  • Aligre et le Faubourg Saint Antoine dans le 12e
  • Des colonnes du Trône à la barrière de Picpus
  • Les traces de l'Expo coloniale
  • Découverte du bois de Vincennes et de ses lieux remarquables à vélo ou en véhicule électrique

Des événements qui attirent :

  • Le Palais de la Porte Dorée et la Cinémathèque ont démontré leur aptitude a monter des expositions qui attirent un vaste public. La ville aurait intérêt à les aider à en développer de nouvelles.
  • Regrettons que le 12e n'ait pas su retenir un salon d'antiquités comme celui de la Bastille ou de design du 20e siècle  comme la brocante du design place des Vins de France. Il serait appréciable de trouver de nouvelles occasion d'attirer les amateurs d'art et les collectionneurs.
  • Il y a une dizaine d'années la programmation de Paris Jazz Festival au Parc Floral attirait davantage de visiteurs que celle d'aujourd'hui. A méditer.

Des lieux qui justifient le voyage :

  • Un musée ou une salle d'exposition dont on parle au delà des frontières. Ne peut-on envisager sa création dans un nouveau quartier ? Bercy ou mieux (plus central et mieux desservi) Daumesnil-Gare de Lyon.
  • Le POPB est bien placé pour jumeler des spectacles populaires avec des séjours dans les hôtels du groupe Accor.
  • Une expo en plein air sur la pelouse de Reuilly (à l'image de ce qui a pu être fait sur les Champs Elysées)

Des incitations :

  • Actualiser et ré-éditer les brochures et les pages de l'Office du Tourisme de Paris consacrées au 12e
  • Oeuvrer auprès des éditeurs des guides les plus populaires en France et à l'étranger pour qu'ils mentionnent des bons plans dans le 12e.
  • Aider la constitution d'une association de Greeters (comme parisien d'un jour, parisien toujours créé en 2007 dans le 11e)
  • Alors que l'on clame les bienfaits de la proximité, n'est-il pas paradoxal que l'Office de Tourisme de Paris soit redevenu unique et central ? 

parisToutes vos idées et propositions dans ce domaine seront sans nul doute appréciées de nos lecteurs qui oeuvrent pour un tourisme économiquement profitable et socialement responsable.

N'hésitez-pas à les poster en commentaire.

12/05/2020

2020, l'année de tous les reports

parisOrganiser une manifestation publique ne s'improvise pas. Cela nécessite le plus souvent en amont une longue préparation allant bien au delà de l'objet même de la manifestation : réservation de la date et de la disponibilité des lieux, organisation matérielle des lieux, obtention des autorisations, communication ...

Pour ces raisons, la plupart des événements qui ont du être reportés en raison de la crise du coronavirus ne sont pas seulement décalés de quelques semaines, mais devront attendre 2021 pour revenir à vous. Ainsi, après entre autres ...

... et bien sûr le second tour des municipales

... c'est maintenant le tour :

  • de la Fête de l'École du Breuil (initialement prévue les 16 et 17 mai)
  • du Printemps des cimetières (prévu dimanche 17 mai)
  • de la 16e Nuit des Musées prévue le 16 mai et reportée au samedi 14 novembre

08:00 Publié dans Animation-Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

04/05/2020

La place Sans-Nom est bien le centre de gravité du 12e

Intuitivement, nous le ressentions, mais c'est ce plan de Paris qui nous en a apporté la démonstration et fait de notre intuition une certitude : la place Sans-Nom est bien le centre de gravité du 12e.

paris

Source France, le trésor des régions : (Cliquez pour agrandir)

Comme nous l'avons mainte fois rappelé sur ce blog, le 12e arrondissement actuel a été constitué le 1er janvier 1860 par agrégation de l'ancien VIIIe arrondissement de Paris avec la plus grande partie de la commune de Bercy et une bonne partie de celle de Saint-Mandé.

Et où se trouve le point de concours de ces trois constituantes ? place Sans-Nom !

Vous êtes ici au centre de la place Sans-Nom

En vous plaçant au centre (qui en théorie n'est malheureusement pas accessible aux piétons), nous pouvez en effet observer dans le sens des aiguilles d'une montre :

  • l'ancien VIIIe arrondissement de paris (entre le trottoir impair du boulevard de Reuilly et le trottoir impair du boulevard de Picus)
  • une partie de la commune de Saint-Mandé d'avant 1860 (entre le trottoir pair du boulevard de Picpus et le sud de la rue de Picpus)
  • une partie de l'ancienne commune de Bercy (entre sud de la rue de Picpus et le trottoir pair du boulevard de Reuilly)

Reste à espérer qu'un jour, des décisionnaires parisiens prennent conscience de la situation prégnante de la place Sans-Nom, et lui apportent tous les soins qui en découlent.

30/04/2020

Demain 1er mai : la tradition sous contrainte

parisChaque 1er mai, comme le veut la tradition, il est d'usage d'offrir un brin de muguet. En théorie, tout le monde peut s'improviser vendeur d'un jour.

Conformément à une longue tradition, des arrêtés municipaux permettent à titre exceptionnel aux particuliers et aux associations de vendre du muguet le 1er mai.

Cette année, en raison des mesures de confinement, la vente à la sauvette du muguet sera interdite sur la voie publique le 1er mai 2020 sur tout le territoire français. Comme les fleuristes sont fermés, vous devrez pour en acheter, vous rendre dans des commerces autorisés à la vente de produits de première nécessité, sur des marchés autorisés localement ou chez des fleuristes qui proposent la livraison ou un drive.

On ne verra donc pas cette année sur le trottoir de l'avenue Daumesnil, ce rassemblement de vendeurs "particuliers".

paris

Avenue Daumesnil le 1er mai 2018 (cliquez pour agrandir)

28/04/2020

Visitez le 12e avec Pablo Raison

parisPablo Raison est un jeune dessinateur, premier prix de la BD scolaire en 2018 au 45e Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême qui s'est déjà illustré en novembre 2019 en réalisant la première carte de France figurée participative.

Il vient de publier une carte de Paris inspirée de vieux plans, unanimement saluée par la presse et les réseaux sociaux. Nous vous proposons ce zoom sur le 12e arrondissement :

paris

Cliquez pour agrandir

Prenez le temps d'en observer tous les détails et d'y dénicher entre autres : la colonne de la Bastille, la gare de Lyon, les colonnes du Trône, le POPB, la tour ONF, Bercy Village, le Ministère des Finances ....

16/04/2020

Circul'Livre a seize ans

parisDimanche sera le troisième du mois de mars, mais la pandémie de coronavirus qui sévit interdit bien évidemment la tenue du rendez-vous mensuel Circul'Livre au métro Michel Bizot. Circul'Livre qui a ce mois-ci seize ans !

En 2004 le conseil de quartier Bel-Air Sud qui cherchait un moyen pour avoir un contact régulier avec les habitants du quartier, eut l'idée de le créer par le biais des livres. Le livre est avant tout un véhicules de culture, mais partagé entre ses lecteurs, il devient un vecteur de lien social.

IMG_4740.JPG

Des rendez-vous mensuels similaires à ceux organisés place Sans-Nom et au métro Michel Bizot ont rapidement été créés dans d'autres quartiers parisiens et dans quelques villes de France :

  • en 2005, Cours de Vincennes (20e)
  • en 2006, au métro Louis Blanc (10e) et à la Porte des Lilas (19e)
  • en 2007, dans le marché Saint-Quentin (10e), rue des Martyrs (9e) et au kiosque Courteline (12e)
  • en 2008, place de l'Abbé Hénocque (13e), à la résirence 107 rue de Reuilly et place Brancusi (14e)
  • en 2009, place des Fêtes (19e)
  • en 2010, au kiosque Blanqui (13e) et place de Rungis (13e)
  • en 2011, en 5 lieux du 15e arrondissement
  • en 2012, place Michel Audiard (14e)
  • en 2013, à la pointe Saint-Eustache (1er), rue Madame (6e) et sur le marché Brune (14e)
  • en 2014, avenue d'Ivry (13e)
  • en 2015, rue l'Olive (18e)
  • en 2016, place Mac Orlan (18e)
  • en 2017, place de la Contrescarpe (5e)
  • en 2018, au kiosque Jean Moulin (14e)
  • en 2019, avenue Courteline (12e)

Quelques rendez-vous ont du être arrêtés parfois faute de bénévoles, mais le plus souvent pour des raisons liées au lieu de stockage du matériel et des livres. On pense notamment à ceux de la rue Montorgueil (2e) et de l'esplanade Roger Linet (11e).

Une réussite, penseront ceux qui lisent ces lignes. Assurément, mais imaginez ce qu'elle serait si au delà des encouragements verbaux, les organisateurs bénévoles avaient bénéficié d'une aide municipale, concernant notamment la logistique et la communication.

10/04/2020

À défaut de festivités Khmer, parlons de la Pagode

parisLes 13, 14, 15 et 16 Avril 2020, les Cambodgiens fêteront le début de l'année bouddhique 2564.

Dans notre arrondissement, les festivités liées au Nouvel an Khmer qui devaient comme chaque année se tenir dimanche à la Grande Pagode du bois de Vincennes  sont évidemment annulées.

Profitons néanmoins des circonstances pour évoquer ce lieu inscrit aux Monuments historiques depuis 1975.

paris

Vestige de l'exposition coloniale de 1931, la Pagode du bois de Vincennes (voir sur Wikipedia) est aujourd'hui le siège de l’Institut international bouddhique. Dans cette enceinte de 8 000 m² située aux abords du lac Daumesnil se trouvent deux bâtiments à l’architecture remarquable conçus par Louis-Hippolyte Boileau.

paris

Pavillons du Togo (à gauche) et du Cameroun (à dr) en 1931

Le plus imposant, l’ancien pavillon du Cameroun, a été restauré dès 1977 et transformé en pagode pour l’exercice du culte.

paris

La Pagode du bois de Vincennes  ne se visite habituellement pas, mais ouvre ses portes au public à l’occasion de grands évènements telles que la Fête du bouddhisme (en mai), le Festival du Tibet (en septembre) ou certaines cérémonies tout au long de l'année. Consultez le calendrier 2020 en ligne.

08:10 Publié dans Animation-Culture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

31/03/2020

Pas de Journées Européennes des Métiers d'Art en 2020

parisCréées en France à l’initiative des pouvoirs publics, les Journées Européennes des Métiers d’Art sont le premier événement international consacré aux métiers d’art, coordonné par l’Institut National des Métiers d’Art, pour soutenir fortement ce secteur à haut potentiel de développement économique et culturel.

La 14e édition des Journées Européennes des Métiers d’Art devait se tenir du 3 au 13 avril 2020. En raison de l’épidémie de Covid-19, elles sont annulées.

Nous vous recommandons néanmoins de consulter ici les 20 événements prévus dans le 12e et annulés. En lisant les descriptions détaillées de chacun, vous découvrirez peut-être des artisans avec lesquels vous souhaiterez enter directement en contact sans attendre les JEMA2021.

paris

30/03/2020

Nés dans le 12e (12)

parisOn évoque rarement le lieu de naissance des personnalités du spectacle, du monde politique ou de la vie sociale. Parfois on apprend qu'ils sont nés à Paris, mais rarement dans quel arrondissement.

Après les 11 premiers opus de cette série que vous pouvez retrouver ici, voici trois nouvelles personnalités nées dans le 12e :

Felix Bossuet.jpgFélix BOSSUET est né le 23 février 2005 à Paris 12e. En 2012 il est choisi parmi 2 400 enfants pour jouer le rôle de Sébastien dans la version cinématographique du roman de Cécile Aubry, Belle et Sébastien.
Très sollicité, il tourne en 2015 aux côtés de Mélanie Laurent, Audrey Tautou et Bérénice Bejo pour le film de Tran Ahn Hung, Eternité, et en 2016 dans le quatrième long-métrage de Roschdy Zem, Chocolat, porté par Omar Sy.

anne-parillaud-ne-pardonne-pas-a-jean-michel-jarre.jpgAnne PARILLAUD est née le 6 mai 1960 dans le 12e. En 1977, elle apparaît pour la première fois au cinéma dans Un amour de sable, puis, l'année suivante, dans L' Hôtel de la plage.
La consécration viendra en 1990, avec Nikita, et un rôle que Luc Besson, son compagnon d'alors, a écrit spécialement pour elle.
En 2010, elle joue dans le thriller Dans ton sommeil. Elle a depuis tourné Ce que le jour doit à la nuit (2012), une romance d'Alexandre Arcady, et quelques courts métrages.

7414a60b6d0e5f2f305b096886ff0865.jpg

AMIR est né le le 20 juin 1984 à Paris 12e. Après avoir commencé une carrière de chanteur en Israël, il réalise son rêve, en l’espace de quelques années et un album, en s’imposant rapidement comme chanteur et auteur-compositeur auprès du public français. En 2016, il représente la France à l'Eurovision avec son titre J'ai cherché, sa carrière est lancée et ses albums se vendent par milliers.
En novembre 2019 il annonce prendre une pause pour profiter de sa petite famille et sereinement envisager la suite de sa carrière.