Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2016

L'escalier mécanique du métro Michel Bizot

IMG_1256.JPGAinsi donc, l'escalier mécanique du métro Michel Bizot devrait imminemment être restitué aux passagers.

Ne disposant ni des éléments ni des compétences nous permettant de juger du délai pris par ce chantier, on ne saurait blâmer la RATP de nous avoir privé de ce confort pendant deux mois et demi.

IMG_1255.JPG

Comment pourtant ne pas rapprocher cette opération de celle menée en 1999 par le BHV et dont nous avons retrouvé un article paru dans le quotidien La Croix :

Record de vitesse pour le chantier du Bazar de l'Hôtel de Ville (La Croix du 02/02/1999)

Une grue géante de 60 mètres de haut et de 250 tonnes, un immense trou aménagé dans le toit : le Bazar de l'Hôtel de Ville de Paris (BHV) a déployé les grands moyens, ce week-end, pour remplacer ses 14 escaliers mécaniques lors d'un chantier éclair de trente-six heures, au lieu des quinze jours d'ordinaire nécessaires. Le trou dans le toit sera refermé au cours de la semaine et le chantier global de rénovation du magasin s'étalera sur quatre ans.

07:58 Publié dans Vie du quartier | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

28/10/2016

Retour sur le Budget Participatif 2016

parisLes résultats du Budget Participatif 2016 ont été proclamés le 5 octobre. Retrouvez ici les projets lauréats pour tout Paris et là ceux pour le 12e arrondissement. L'année 2017 verra leur concrétisation.

Pour avoir participé à pratiquement toutes les phases de ce BP, nous avons noté et apprécié :

  • La qualité et la diversité des projets proposés par des groupes constitués (associations, conseils de quartier ...) comme par des particuliers,
  • Le travail rapide mais néanmoins approfondi effectué par les services techniques de la ville qui ont démontré a maintes reprises leur bonne connaissance des projets,
  • L'apport des ateliers de co-construction qui ont réussi à regrouper et formuler clairement la finalité de projets dont la parenté n'était pas toujours évidente,
  • L'efficacité de la réunion du comité ad-hoc : un animateur rigoureux et constructif, des participants compétents et positifs ont permis de clarifier l'offre soumise au vote,
  • La nette amélioration de la plateforme informatique. Si son ergonomie peut probablement être plus conviviale, ses fonctionnalités répondent à l’ensemble des besoins des participants. 

paris

Le processus de vote, qui s'est déroulé de manière semble-t-il tout à fait démocratique nous a inspiré quelques réflexions et propositions que nous souhaitons vous faire partager :

  • de très nombreuses personnes découvrent l'existence du Budget Participatif en même temps que le bureau de vote qui se trouve sur leur parcours alors qu'ils se font interpeller pour voter,
  • si les personnes rompues à l'usage d'internet peuvent, avant d'exprimer un choix, prendre le temps d'étudier au mieux les projets soumis au vote, celles qui découvrent le budget participatif au détour d'un bureau de vote ne disposent ni de suffisamment de temps ni de la même documentation. Elles ne peuvent que faire des choix d'impulsion ou influencés par leur entourage,
  • même bien formulés, les projets regroupés sont très difficiles a appréhender pour qui ne prend pas le temps de rentrer dans le détail des propositions qui le constituent,
  • pariscertains bureaux de vote viennent explicitement à la rencontre de populations bien définies (Paris Plane, café inter-âges) ou sensibles à un projet particulier (Changarnier). La finalité du budget participatif n'est en aucun cas de battre le record du nombre de votes enregistrés. Ne faudrait-il pas limiter les points de vote à quelques lieux publics clairement annoncés et laisser les habitants motivés venir en ces lieux ?
  • s'il est parfaitement normal que des élus parisiens interviennent pour encourager à participer au vote, nous avons regretté d'en voir certains se manifestent sur Twitter en faveur d'un projet particulier,
  • comme de nombreuses personnes, nous avons découvert tardivement l’existence du vote des collèges en mai. Nous n’avons pas clairement compris si ces votes ont ou non compté dans le résultat final. La Mairie serait bien inspirée d’éclaircir ce point.
  • n'est-il pas décourageant pour le particulier qui a proposé un projet validé par les services techniques de se voir confronté à des organisations constituées (comme des écoles ou des clubs sportifs) capables de mobiliser un grand nombre de personnes favorables à leur projet ?
  • on peut même se demander si il est pertinent que les projets proposés par des structures municipales (écoles, centres d'animation) voire un établissement public national, se retrouvent en compétition avec des projets émanant de particuliers, d’associations ou de conseils de quartier.
  • enfin, n'est-il pas un peu surprenant que sous l'appellation Budget Participatif, on assiste en fait - sur 10% du budget - à une délégation totale de la part des élus de leur pouvoir sur des sujets comme la sécurisation de l'espace public ou la remise aux normes de sanitaires scolaires ? Si la participation des citoyens est un acquis de grande valeur, les élus ne devraient-ils pas néanmoins faire connaître eux aussi ce qui leur paraît prioritaire et éviter que ce qui semble être de leur responsabilité ne dépende que du vote des habitants ?

Sur le même sujet, on vous recommande l'analyse publiée par l'association Action Barbès.

08:11 Publié dans Démocratie locale | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : paris

27/10/2016

Attention aux faux éboueurs

parisIls tentent de vous abuser de plus en plus tôt !

Si un éboueur sonne à votre porte pour vous vendre un calendrier ou solliciter des étrennes il s’agit probablement d’un usurpateur. Et s’il s’agit d’un véritable agent municipal, alors celui-ci est en infraction avec la loi. En effet, contrairement aux facteurs et aux pompiers, les agents municipaux ne peuvent demander des étrennes aux administrés.

Depuis le 2 décembre 1955, un avis préfectoral interdit aux agents municipaux de la Ville de Paris de solliciter quelque gratification que ce soit, « sous peine de sanctions disciplinaires ». Depuis, cette interdiction a été étendue aux « employés des sociétés privées assurant la collecte des déchets pour le compte de la mairie de Paris ».

paris

Vrai calendrier de faux éboueurs (Cliquez pour agrandir)

La Mairie invite les Parisiens à éconduire les agents, ou personnes usurpant ce titre, qui se présenteraient à leur domicile pour demander des étrennes. Ils peuvent exiger la présentation de la carte professionnelle des agents et signaler l'incident auprès du 3975.

Plus d'information sur cette page de Paris.fr ou vous pourrez télécharger une affiche à apposer dans votre hall d'immeuble.

Ces faux éboueurs se présentent souvent dans une tenue impeccable, mais en décalage par rapport à la tenue actuelle des éboueurs qui travaillent effectivement pour la ville de Paris.

À ce propos, on se demande ce qu'est il advenu de l'abandon par les 28 000 agents de la ville de l'uniforme vert au profit d'un gris passe-partout annoncé par Emmanuel Grégoire (adjoint à la Maire de Paris) en avril 2015 ?

paris

26/10/2016

L'oeil sur les écoles professionnelles du quartier (8)

paris

Prestigieux ou moins connus, publics ou privés, les établissements d'enseignement professionnel sont le gage d'une meilleure insertion dans le monde du travail.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à reconnaitre quelques écoles du 12e qui dispensent exclusivement ou partiellement l'enseignement d'un métier.

Huitième coup d'oeil : 

paris

Cliquez pour agrandir

Quelle est cette école ? où se trouve-t-elle ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisVous avez sans nul doute reconnu la façade de l'une des plus prestigieuses écoles du 12e, l'École Boulle qui se trouve 9-21 rue Pierre Bourdan.

Initialement située 57 rue de Reuilly, cette école a été créée en 1886 non loin du Faubourg Saint Antoine, cœur historique des métiers du meuble à Paris. Elle se spécialise dans la copie d’œuvres du siècle de Louis XIV.

paris

Cliquez pour agrandir

C’est en 1891 qu'elle s’est implanté rue Pierre Bourdan et est devenue l'Ecole Boulle du nom du célèbre ébéniste André-Charles Boulle (1642-1732). 

Après la seconde guerre mondiale, l’Ecole Boulle prend le virage de la modernité en affichant en développant de nouvelles filières liées à l’espace, l’architecture intérieure, l’agencement. En 1969 l’Ecole Boulle devient Ecole Supérieure d’Arts Appliqués.

paris

De 2001 à 2012, l’école Boulle fut le théâtre d’un très important chantier de rénovation (sans fermeture) pour un coût total de 86 millions d'euros, investi par la mairie de Paris.

paris

L'École Boulle a le statut juridique d'un lycée technique (Bac général et technologique) et aussi celui d'une école supérieure d'arts appliqués. Elle propose 2 grandes filières :

  • La filière "Métiers d'art" (menuiserie en sièges , marqueterie, ébénisterie, tapisserie, ciselure, gravue ornementale, sculpture sur bois, tournage, monture en bronze, gravure en modelé et bijouterie)
  • La filière "Arts appliqués" (design d'espace et architecture intérieure, design de produits et design de produits mobiliers, expression visuelle et espace de communication, etc.)

L'école Boulle organise chaque année fin janvier des journées Portes Ouvertes que nous ne manquons jamais de vous rappeler.

08:07 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

25/10/2016

Bercy Charenton vu de Charenton

2143008414.jpgAlors que tout laisse penser que le projet Bercy-Charenton est en sommeil (*), penchons-nous sur ce qui se passe de l'autre côté de l'échangeur de la porte de Bercy.

Le 13 juin 2016, Hervé Gicquel, Maire de Charenton-le-Pont a consacré une rencontre de quartier au projet de Contrat d’Intérêt National (CIN) de Bercy Charenton, qui doit poser les jalons du devenir de ce quartier de Charenton.

paris

Cliquez pour agrandir

Le site de la Mairie de Charenton étant muet sur le sujet depuis 2009, c'est du site 94.Citoyens que nous tenons ces informations (voir ici) : 

Charenton-le-Pont prévoit sur une dizaine d’hectares un projet urbain, mixte comme il se doit. Moins avancé que celui de Paris, il devrait inclure du logement, des équipements, des bureaux, de l’aménagement paysager et des transports.
Les projets de Paris et de Charenton-le-Pont sont amenés à se rejoindre grâce au prolongement de la rue Baron-Leroy.

paris

Cliquez pour agrandir

A Charenton, le périmètre du projet est compris entre Bercy 2 et l’avenue de la liberté d’un côté, et entre la voie ferrée et l’autoroute A4 de l’autre. Quatre parcelle sont concernées :

  • le centre commercial Bercy 2 sur 19 500 m2, propriété de Tikehau depuis la fin 2015
  • les terrains d’Archon group sur 44 000 m2 (parc Escoffier)
  • les entrepôts de la Martiniquaise sur 9000 m2 (dans le prolongement du parc Escoffier)
  • le site de l’AP-HP (service ambulances) sur 12 500 m2, dans le prolongement de la Martiniquaise.

Le Maire de Charenton a affirmé que, comme Charenton le fait depuis dix ans, une coopération avec Paris était bien sûr la clé de la réussite des deux projets ...

(*) Aucune information publique depuis l'approbation de la concertation par le Conseil de Paris le 29 juin 2015

24/10/2016

Les bus de traverse ont-il encore un avenir ?

parisLes Traverses sont des petits bus, très conviviaux, qui offrent une vingtaine de places et sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Non polluants et silencieux, ils respectent notre "qualité de ville".

Aujourd'hui, cinq lignes utilisent des mini-bus à motorisation peu polluante ou électrique sur des parcours de 7 à 8 km qui relient les quartiers les moins bien desservis aux commerces, administrations et pôles de transport.

  • La Traverse de Charonne dans le 20e arrondissement (depuis nov 2004)
  • La Traverse Bièvre-Montsouris dans le 14e arrondissement (depuis dec 2005)
  • La Traverse Ney-Flandre dans le nord des 18e et 19e arrondissements (depuis fev 2007)
  • La Traverse Batignolles-Bichat dans l'est du 17e et l'ouest de 18e arrondissement (depuis dec 2011)
  • La Traverse Brancion-Commerce dans le sud-est du 15e arrondissement (depuis oct 2013)

paris

Cette ligne, la dernière mise en service est 100% électrique. Elle dessert 28 arrêts sur 8 kilomètres dans le 15ème. Et pour la première fois dans Paris, elle n'est pas exploitée par la RATP mais par B.E.green, une autre société de transport.

En 2007, dans la continuité du Plan de Déplacements de Paris, des conseillers de quartier avec des élus du 12e, la RATP et des représentants de la DVD ont travaillé à l'élaboration d'un projet de Traverse pour désenclaver certains quartiers mal désservis. Le projet a fait long feu.

Bien que tout à fait conformes aux orientations de l'Hôtel de Ville, les lignes de traverse ne semblent plus avoir la cote  (voir ici). Si la raison en est d'abord budgétaire, il est évident que le plan Grand Paris des Bus en phase de concertation vise à corriger les faiblesses du réseau que les traverses actuelles s'efforcent de combler.

À plus long terme - mais peut-être dans pas si longtemps - tous les transports urbains de surface (traverses comprises) seront assurés par des véhicules autonomes, non polluants et dont la principale qualité sera d'avoir un coût d'exploitation très réduit.

paris

La navette EasyMile test sur les quais de Seine par la RATP

08:05 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

21/10/2016

Quoi de neuf dans les commerces avenue Daumesnil ?

1772557743.jpgNotre dernier tour d'horizon des mouvements des commerces du quartier remonte au 8 mars dernier. En dehors de celui-ci n'y a pas eu depuis à signaler d'événement majeur comme l'arrivée d'une nouvelle enseigne d'envergure. Ce sont néanmoins les petits changements successifs et parfois imperceptibles qui façonnent au fil du temps l'offre commerciale de notre quartier. Ainsi, nous avons repéré avenue Daumesnil :

Côté impair en partant de la place Félix Eboué : 

Au numéro 203, un Institut de Beauté répondant au nom de Lucette a succédé au magasin de vêtements Anne Paule.

Au 217, une brasserie portant opportunément l'enseigne Le 217 a pris la place laissée par le restaurant Le Petit Troo récemment fermé.

paris

Au 247, un magasin des chaussures Bel Chou's a ouvert à la place de Flagrant Désir.

paris paris

Cliquez pour agrandir

Au 263, succession cahotique pour l'ancienne boutique de L'Immo du Particulier : Point d'encre, un distributeur d'encres pour imprimantes qui semblait prêt à ouvrir s'est eclipsé et la boutique est à nouveau vide.

paris paris

Cliquez pour agrandir

Au 279, le fast food Quick est fermé pour travaux et rouvrira probablement sous l'enseigne Burger King comme il était déjà il y a quelques années.

paris

Côté pair :

Au 184, le magasin de vêtements féminins Confidentiel by Nora succède à l'entreprise eyer Ronald Plomberie.

Au 194, l'épicerie fine Old Fashionned a remplacé le cabinet immobilier Lefebvre.

paris paris

Cliquez pour agrandir

Deux opticiens ont choisi d'affirmer leur personnalité en adoptant un nouveau nom. Ainsi, au 210, Optique Daumesnil est devenu Le Lunetier et au 264 Grand Optical est devenu Optique Dorée.

paris paris

Cliquez pour agrandir

20/10/2016

Aux frontières du 12e : l'hospice Saint-Michel

La géographie du 12e arrondissement est telle que certains lieux, certains quartiers sont tellement éloignés du centre qu'ils sont perçus comme appartenant aux communes voisines. Ainsi en est-il de l'hospice Saint-Michel que l'on pourrait facilement croire à Saint-Mandé.

L'hospice Saint-Michel est situé au 35 avenue Courteline. Il est tellement enclavé entre Saint-Mandé et le boulevard périphérique que l'on a tendance à oublier qu'il se trouve sur le territoire du douzième arrondissement de Paris.

paris

Cliquez pour agrandir

parisDans son testament daté du 15 février 1825 Michel-Jacques Boulard (à gauche), tapissier, lègue à l'administration des hospices civils une somme de 1 127 886 francs destinée à l'édification d'un hospice pour héberger 12 pauvres (un par arrondissement de Paris) et nomme pour architecte François-Hippolyte Destailleur.

Le bâtiment, inauguré le 24 avril 1830, accueille à son ouverture le 4 août 1830 douze septuagénaires.

Le bâtiment central abrite une chapelle qui renferme le buste et le cœur de son fondateur. Le premier étage, desservi par une longue galerie, était celui des chambres des pensionnaires. Sur le fronton du bâtiment central est inscrit : Hospice pour vieillards hommes, fondé et entretenu à perpétuité par feu Michel Jacques Boulard, ancien négociant à Paris.

parisDepuis 1996 l'Hospice Saint-Michel accueille le SAMU social de Paris créé en 1993 par le docteur Xavier Emmanuelli. Pour la première fois, des Equipes Mobiles d’Aide vont aller dans les rues à la rencontre des personnes sans-abri.

En juillet 2011, Xavier Emmanuelli quitte la présidence de la structure, évoquant une situation budgétaire qui "n'est plus gérable"...

Le SAMU social de Paris a aujourd'hui 20 ans de lutte contre la grande exclusion. C'est un groupement d'intérêt public (GIP) qui compte 450 salariés à temps plein. Vous pouvez l'aider en faisant un don et/ou vous engager comme bénévole.

paris

19/10/2016

L'oeil sur les écoles professionnelles du quartier (7)

paris

Prestigieux ou moins connus, publics ou privés, les établissements d'enseignement professionnel sont le gage d'une meilleure insertion dans le monde du travail.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à reconnaitre quelques écoles du 12e qui dispensent exclusivement ou partiellement l'enseignement d'un métier.

Septième coup d'oeil : 

paris

Cliquez pour agrandir

Quelle est cette école ? où se trouve-t-elle ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCes étudiants sont attroupés devant le 242 rue du Faubourg Saint Antoine où est installée l' Ecole Supérieure de Génie Informatique (ESGI).

L’ESGI est une grande école privée d’informatique parisienne créée en 1983 et reconnue aussi bien par l'État que par les entreprises. Depuis plus de 30 ans l’ESGI accompagne les évolutions de l’informatique en s’adaptant en permanence aux besoins de ce secteur dynamique et porteur en termes d’emplois.

paris

Accessible à partir du bac, l'ESGI a pour vocation de former à tous les métiers de l’informatique à travers ses cycles Bachelor (de Bac à Bac+3) et Mastère (de Bac+3 à Bac+5).

Si l'un de vos proches ou vous-même êtes intéressé par cette école, ne manquez pas ses Portes Ouvertes qui auront lieu samedi 19 novembre 2016.

08:05 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

18/10/2016

Connaissez-vous le service des égouts ?

parisLongs de près de 2 600 kilomètres, les égouts de Paris constituent l'ensemble des conduits souterrains destinés à collecter et à évacuer les eaux de ruissellement découlant principalement des pluies ainsi que les eaux usées produites par les différentes activités humaines sur le territoire de la ville.

La très grande majorité du réseau fonctionne sans l'aide de pompes, simplement grâce à la gravité. Cinq stations de pompage relèvent toutefois en permanence les eaux des quartiers bas des 12e et 13e arrondissements

Le réseau des égouts est géré par la Section de l'Assainissement de Paris (SAP), service technique de la Ville, intégré à la Direction de la Propreté et de l'Eau (DPE) dont les missions s'articulent donc autour de deux grands axes : 

  • veiller au bon fonctionnement du réseau de collecte des eaux usées et pluviales
  • participer à la préservation de l'environnement des Parisiens

paris

parisLe processus de traitement des eaux peut donner lieu à récupération d'énergie. Ainsi dans le cadre de son Plan climat, Paris et la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) expérimentent depuis 2010 la récupération de calories dans les égouts. Les calories seront récupérées au moyen de pompes à chaleur et d'échangeurs thermiques pour être, via les réseaux de chaleur, utilisées pour chauffer des écoles (1reexpérience avec le groupe scolaire Wattignies, du 12e arrondissement), piscines, gymnases, bâtiments administratifs, etc.

En 2011, environ, 350 agents de la Ville (dont 5 femmes) travaillaient à l'entretien et à l'amélioration de ce réseau.

Section de l'Assainissement de Paris
27, rue du Commandeur - 75014 Paris