Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (9)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Neuvième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe portrait est celui de Victor Young Perez (1911-1945). Issu de la communauté juive de Tunis, Victor « Young » Perez fut sacré champion du monde des poids mouches en 1931, à l’âge de 20 ans.

Il connut l’argent, les honneurs, l’amour des femmes, avant de tout perdre et de mener une carrière misérable de boxeur finissant, se rendant à Berlin pour un combat en pleine Nuit de Cristal.

Arrêté par la milice française en 1943, il fut interné à Drancy puis déporté. Au camp de Monowitz, l’un des sous-camps d’Auschwitz dirigé par un officier SS amateur de boxe, il fut amené à combattre un gardien, poids lourd aryen qu’il parvint à tenir en échec. Il fut tué d’une rafale de mitraillette, en janvier 1945, lors d’une marche de la mort.

Son nom a été attribué au gymnase-pont qui prendra place au dessus du périphérique, avenue Courteline, dans le cadre du Grand projet de renouvellement urbain de la Porte de Vincennes.

paris

07:08 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

26/02/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (8)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Huitième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe portrait est celui de Pina Bausch (1940-2009).

De son vrai nom Philippina Bausch, Pina Bausch est une danseuse et chorégraphe allemande. Fondatrice de la compagnie Tanztheater Wuppertal, elle est considérée comme l'une des principales figures de la danse contemporaine et du style danse-théâtre.
Pina Bausch parvient à renouveler la danse moderne dans l'Allemagne de l'après-guerre, et l'exporte à travers le monde entier.

paris

Le Sacre du Printemps, Pina Bausch, Opéra de Paris

En juillet 2019 le conseil de Paris a approuvé la délibération 2019 DJS 139 attribuant le nom de Pina Bausch au Centre Paris Anim’ situé 4 passage Stinville (communément appelé Centre d'animation Montgallet).

paris

08:25 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

19/02/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (7)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Septième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe portrait est celui de Paul Verlaine (1844-1896). Né à Metz, Paul Verlaine grandit au sein d'une famille aimante, et commence à écrire des poésies dès l'adolescence.

À l'âge de 22 ans paraît son premier recueil de poésies, intitulé "Poèmes saturniens". Durant les deux décennies suivantes, Paul Verlaine publie ses œuvres les plus connues, au nombre desquelles "La Bonne Chanson", "Romances sans paroles" ou encore "Jadis et naguère", recueil de 1894 auquel appartient le poème "Art poétique".

Partagé entre sensualité et mysticisme, Paul Verlaine connaît une vie difficile et parfois violente, qui s’achève prématurément dans l’alcool.

S'il ne fallait citer que six vers de Verlaine comment éviter ceux repris par Radio Londres pour prévenir les résistants de l'imminence du débarquement en Normandie en 1944 :

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon cœur
D'une langueur
Monotone.

« Chanson d'automne », (Poèmes saturniens)

paris

Paul Verlaine dans un café parisien en 1892
photo de Paul Marsan, dit Dornac (rue des Archives)

Le collège Paul Verlaine, est l'un des six collèges publics situés dans le 12e. Sis 167 rue de Bercy, ses effectifs sont de 435 collégiens des classes de 6ème à 3ème.

paris

07:37 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

12/02/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (6)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Sixième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe portrait est celui de Guy Flavien (1920-1945).

Fils d'enseignants, il fait ses études secondaires au lycée Lakanal, puis deux années de mathématiques spéciales au lycée Louis-Le-Grand.
En Mars 1943, il commence à distribuer des journaux clandestins, dont "Défense de la France", et rentre dans la Résistance. Avec des amis, il rédige et imprime des tracts qu'il distribue.
Le 5 Août 1944, à quelques jours de la Libération de Paris, il est arrêté par la Gestapo et déporté en Allemagne, dans le camp de Buchenwald, où il meurt le 1er avril 1945 d'épuisement.

paris

Le collège Guy Flavien ( http://clg-guy-flavien.ac-paris.fr ) se trouve 6 Rue d'Artagnan, 75012 Paris.

paris

08:06 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

05/02/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (5)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Cinquième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe beau portrait réalisé par un photographe de l'agence Gamma  représente Germaine Tillon en 1985.

Résistante, femme de lettres et ethnologue française, Germaine Tillion est née en 1907 et morte en 2008. Elle a été membre active de la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale, avant d'être capturée et déportée au camp de Ravensbrück en octobre 1943.

paris

Germaine Tillion, photographiée en 1935 en Algérie
durant ses recherches ethnographiques au sein de la société des Chaouias

En 1966, elle publie un essai d’anthropologie générale intitulé Le Harem et les cousins, sur la condition féminine dans l’aire méditerranéenne. Elle part à la retraite en 1977, mais continue d’enseigner jusqu’en 1980.

Germaine Tillion  est entrée au Panthéon le 27 mai 2015, en même temps que Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Jean Zay et Pierre Brossolette.

paris

Collège Germaine Tillon

Le collège Germaine Tillon est situé à l'angle de l'avenue Vincent d'Indy et de l'avenue de Saint-Mandé. Il est composé de 4 divisions par niveau, ainsi qu’une section SEGPA, et propose une Classe à Horaires Aménagés Musique (CHAM).

Il a été construit en 1987 sur les plans de l'architecte Claude Parent également connu pour avoir réalisé le Théâtre Sylvie Monfort situé dans le parc Georges Brassens (15e)

Claude_Parent.jpg
Claude parent - Théâtre Sylvie Monfort

08:13 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

29/01/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (4)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Quatrième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe jeune homme souriant est Jean Boiteux (1933-2010), le nageur qui resta longtemps le seul champion olympique de natation français, avant d'être rejoint en 2004 par Laure Manaudou. La photo a été prise en 1952 alors qu'il venait de remporter à Helsinki le championnat olympique de 400 mètres nage libre.paris

Jean Boiteux est décédé accidentellement à son domicile de Bordeaux le 11 avril 2010 en chutant d'un arbre qu'il était en train de tailler.

parisLa piscine située à côté du jardin de Reuilly (13 rue Antoine-Julien Hénard), se nomme piscine Jean Boiteux depuis 2013. Elle possède deux bassins. Un premier de 25 m, pour les nageurs et un second de 12 m, idéal pour les enfants, puisque sa profondeur reste comprise entre 1,20 m et 60 cm seulement.

Elle propose diverses activités, parmi lesquelles des cours de natation tous niveaux, pour enfant et adulte, ainsi que des séances d'aquagym. En été, elle possède un solarium pour les familles qui souhaitent profiter des beaux jours.

paris

08:13 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

22/01/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (3)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Troisième coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisIl s'agissait de Georges Courteline (1858-1929) qui vécu 43 avenue de Saint-Mandé de 1907 à sa mort. 

De son vrai nom Georges Victor Marcel Moinaux Georges Courteline est un romancier et dramaturge français dont les œuvres les plus célèbres sont Les Gaietés de l'escadron (1886, qui sera adapté en film par Maurice Tourneur avec Raimu et Fernandel), Messieurs les ronds-de-cuir (1893), Les Boulingrins (1898), Le commissaire est bon enfant (1900) La Conversion d'Alceste (1905) et Le Gora (1920, pièce en un acte et deux personnages).

Courteline.jpg
Georges Moineau a pris le pseudonyme de Courteline en 1881
 
Dans notre quartier, son nom a été donné à une partie de l'avenue de Saint-Mandé, à un square (situé à l'emplacement de l'ancienne barrière de Saint-Mandé) et à un collège (48 avenue Arnold Netter). C'est à cet établissement restructuré il y a tout juste un an que notre rubrique d'aujourd'hui fait référence.

paris

Collège Courteline (48 av du Dr Arnold Netter)

08:07 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

15/01/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (2)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Second coup d'oeil :

paris

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil  :

parisCe portrait est celui d'Hélène BerrNée en 1921, à Paris dans une famille juive d'origine alsacienne, Hélène Berr débute l'écriture son journal, le 7 avril 1942. Elle y parle sa vie normale de jeune fille, de ses amis étudiants, de son violon, cet instrument qu’elle pratique avec passion et talent.

En juin 1942, son insouciance est rattrapée par l’absurdité et l’horreur de l’Histoire lorsqu’elle est obligée de porter « l’insigne », l’étoile jaune : à la fois témoin de gestes de solidarité des Parisiens comme du zèle de certains fonctionnaires, Hélène Berr note tout.

Arrêtée avec son père et sa mère, le 8 mars 1944, déportée le jour de ses 23 ans à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Hélène Berr y est morte en avril 1945.

Entièrement rénovée entre 2007 et 2009, Son nom a été donné à la médiathèque municipale du 70 rue de Picpus a été inaugurée le 6 mars 2009 sous le nom de médiathèque Hélène Berr après avoir été entièrement rénovée.

paris

Elle se déploie sur 6 niveaux accessibles au public et occupe une surface de 2 100 m2. Les espaces ont été repensés pour un meilleur accueil et confort des publics : elle offre 150 places assises. Elle est entièrement accessible aux personnes handicapées.

08:10 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

08/01/2020

L'Œil sur les personnalités du quartier (1)

paris

Depuis longtemps les établissements scolaires se sont vus attribuer le nom d'une personnalité. Cette pratique est aujourd'hui étendue à l'ensemble des établissements municipaux culturels ou sportifs.

Cette série de l'Oeil du quartier vous invite à identifier l'établissement concerné à partir d'une photo de la personnalité qui lui a donné son nom.

Premier coup d'oeil :

AVT_Helene-Berr_7674.jpg

Qui est cette personne ? Quel lieu porte-t-il son nom ?

Notre précédent coup d'oeil (il remonte au 18 décembre dernier) :

2734654550.jpgCe lion, le cinquième de la série est l'un des deux qui tirent le char du Triomphe de la République, l'oeuvre de Jules Dalou (1838-1902) qui occupe depuis 1889 le centre de la place de la Nation. Ce groupe allégorique comprend :

  • La République est debout sur un char tiré par deux lions, conduit par le génie de la Liberté, éclairant la route. Elle est entourée par des statues représentant.
  • Le Travail par un forgeron avec à ses pieds un enfant, représentant l’instruction qui porte livres et outils de construction.
  • La Justice par une femme vêtue d’hermine avec un enfant, représentant l’Equité, qui porte une balance.
  • La Paix distribuant les fleurs.
  • La Richesse, avec des cornes d’abondance.

Les lions symbolisent paraît-il la force populaire.

Capture d’écran 2019-12-30 à 20.24.12.jpg

08:10 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

24/12/2019

Joyeux Noël

Toujours au courant de l'actualité, le Père Noël emprunte cette année le nouvel itinéraire carrossable à sa disposition.

paris

Habitants de Bel-Air Sud ou d'ailleurs
Lecteurs réguliers ou lecteurs occasionnels
nous souhaitons d'excellentes fêtes
à chacune et chacun d'entre-vous