Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (8)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Huitième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait ©AFP représente Germaine Tillion chez elle à Saint-Mandé en janvier 1972.

Germaine Tillion (1907-2008) est une résistante, femme de lettres et ethnologue française. Titulaire de nombreuses décorations pour ses actes héroïques durant la seconde guerre mondiale, elle est entrée le 27 mai 2015 au Panthéon et a reçu un hommage de la Nation.

paris

Cliquez pour accéder au site du collège

En 2013, procédure exceptionnelle pour un établissement public, le collège construit en 1988 au 8 avenue Vincent d'Indy sur les plans de l'architecte Claude Parent, et qui était précédemment dénommé Vincent d'Indy a été renommé Collège Germaine Tillion par décision du Conseil de Paris.

08:09 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

16/02/2017

Rue Sibuet : le patrimoine meurtri, le PLU bafoué

parisAvant toute chose, nous tenons une nouvelle fois à déplorer le délai de la Commission du Vieux Paris (CVP) qui met au minimum 6 mois pour publier ses compte-rendus.  Avec trois conseillers [Jean-Louis MISSIKA, Sandrine CHARNOZ, Catherine VIEU-CHARIER] qui y participent plus ou moins assidûment, on pourrait espérer disposer d'un réseau d'information plus rapide, au moins sur ce qui concerne l'arrondissement. Pire, la CVP ne publiant pas de newsletter, il faut régulièrement "aller à la pêche" pour recueillir des informations ! Comment ne pas penser que tout cela est intentionnel.

Nous venons de prendre connaissance du dernier compte-rendu publié qui concerne la réunion de la séance du 24 juin 2016 de la CVP. L'article que nous publions aujourd'hui porte le même titre Rue Sibuet : le patrimoine meurtri, le PLU bafoué, que celui du 13 décembre 2013 (à relire ici).

Sur ce compte-rendu (téléchargeable ici), nous découvrons qu'à l'angle de la rue Mousset Robert et le rue Sibuet, ce n'est pas un, mais deux permis de construire qui ont été déposés. Jugez vous même : EFFRAYANTS !

paris  paris
paris  paris
 (© SED Concept)                    (© Viviane Poullin)
Cliquez pour agrandir

On notera que la construction de l'angle est qualifiée sans humour de réhabilitation avec surélévation du bâtiment existant.

La CVP rappelle que la parcelle est signalée au P.L.U. pour son intérêt patrimonial, culturel ou paysager, mais aussi que le bâtiment n'est l'objet d'aucune protection.

Le compte-rendu relate que les membres de la CVP s’opposent à l’unanimité au projet. Mais finalement :

La Commission ne s’oppose pas aux démolitions et restructurations demandées mais souhaite qu’en dépit de la difficulté que représente la division de la parcelle, les pétitionnaires puissent se rapprocher afin d’étudier la création d’un ensemble architectural cohérent

Un exemple de plus de ce que cette mandature risque de nous laisser en héritage en matière de paysage urbain.

15/02/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (7)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Septième coup d'oeil :

paris

©AFP - Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisNous avons soigneusement évité de vous soumettre la célèbre photo le représentant en pull rouge et brandissant un verre d'eau. Ce portrait réalisé par Pierre-Emmanuel Weck est celui de René Dumont (1904-2001).

René Dumont a passé toute sa carrière, de 1933, un an après son retour du Tonkin, à sa retraite en 1974, à l'Institut national agronomique (INA) à Paris.

Agronome, grand connaisseur des paysanneries de la planète, et l'un des fondateurs de l'écologie politique française, René Dumont a été le premier candidat écologiste à se présenter à l'élection présidentielle, en 1974. Regardez cette video dont 43 ans plus tard, certains passages sont (malheureusement) encore d'actualité.

Dans le 12e en 2014, le nom de René Dumont a été attribué à la promenade qui jusqu'alors s'appelait Promenade Plantée et se nomme depuis Coulée Verte René Dumont.

paris

6 mars 2014 : inauguration de la Coulée Verte René Dumont
Cliquez pour agrandir

08:14 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

08/02/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (6)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Sixième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait est celui de Paul Dukas, compositeur français né à Paris le 1er octobre 1865 et mort à Paris le 17 mai 1935. Il étudia au Conservatoire de Paris et fut l'élève de Guiraud, un ami de Bizet. Il quitta le Conservatoire pour se consacrer à la critique et à la composition musicale et fut ami de Claude Debussy.

Son œuvre la plus célèbre demeure le scherzo L'Apprenti sorcier.

Dans le 12e, son nom a été attribué en 1991 à la rue piétonne créée dans le cadre de la ZAC Reuilly qui borde l'ancienne Gare de Reuilly.

parisSi Paul Dukas était déjà le nom de l'ancien conservatoire municipal (rue de Picpus), c'est le nouveau (51 rue Jorge Semprun) construit sur les plans de Bernard Desmoulin et inauguré en 2014, qui fait le bonheur de ses utilisateurs et la fierté du 12e. Voir ici.

paris

Cliquez pour agrandir

08:01 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

01/02/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (5)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Cinquième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCette photographie représente Sonja Henie (1912-1969) la gracieuse patineuse artistique et actrice norvégienne qui fut trois fois championne olympique et dix fois championne du monde.

parisAprès sa carrière sportive, elle fait une carrière brillante au cinéma pour lequel elle tourne treize films à succès. Le premier, One in a million (1936), fut un triomphe.

Sonja Henie réussit parfaitement sa reconversion. Elle devint une femme d'affaires avisée et fut la première à monter des spectacles sur glace qui triomphèrent aux États-Unis comme en Europe.

Le nom de Sonja Henie a été donné en 1984 à la patinoire qui se trouve sous l'AccorHotel Arena (POPB pour les irréductibles) et qui avec la patinoire Edouard pailleron (19e) est l'une des deux patinoires parisiennes permanantes. La patinoire accueille régulièrement des matchs de hockey sur glace.

paris

Cliquez pour agrandir

Le site de la Patinoire Sonja Henie

08:06 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

25/01/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (4)

paris

Aujourd'hui débute une nouvelle série de l'Oeil du quartier. Elle nous permettra de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Quatrième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait est celui de Georges Courteline (1861-1929) de son vrai nom Georges Victor Marcel Moinaux, romancier et dramaturge français, né le 25 juin 1858 à Tours, mort le 25 juin 1929 à Paris.

En 1903, après la mort de sa première femme, il quitte Montmartre et sa résidence devient le 43 avenue de Saint-Mandéce qui en a fait une "figure" du quartier.

Ses œuvres les plus célèbres sont Les Gaietés de l'escadron (1886, qui sera adapté en film par Maurice Tourneur avec Raimu et Fernandel), Messieurs les ronds-de-cuir (1893), Les Boulingrins(1898), Le commissaire est bon enfant (1900) La Conversion d'Alceste (1905) et Le Gora (1920, pièce en un acte et deux personnages). 

Les habitants de Bel-Air connaissent le visage de Georges Courteline au travers du buste en bronze sculpté par Félix-Benneteau-Desgrois (1879 - 1966) qui orne le square portant son nom.

paris

Dans notre quartier, son nom a été donné à une partie de l'avenue de Saint-Mandé, à un square (situé à l'emplacement de l'ancienne barrière de Saint-Mandé) et au collège situé 48 avenue Arnold Netter.

paris

parisRappelons enfin que la station de métro Picpus (ligne 6) porte également le nom de Georges Courteline, ce qui en a fait réellement une "figure" du quartier.

08:13 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

18/01/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (3)

paris

Aujourd'hui débute une nouvelle série de l'Oeil du quartier. Elle nous permettra de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Troisième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisReconaissons que ce personnage n'est pas le plus représenté de l'histoire de France. Il s'agit de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte (1856-1879). Dit Louis-Napoléon, il est le fils unique de Napoléon III, empereur des Français, et de son épouse, l’impératrice Eugénie.

Dans le 12e son nom a été donné à la fondation Eugène Napoléon située au 254 rue du Faubourg Saint-Antoine.

paris

Le 26 janvier 1853, la Commission municipale de Paris « vote une somme de 600 000 francs or pour l’acquisition d’un collier de diamants » destiné à l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III. Mais deux jours plus tard, l’Impératrice refuse le collier, souhaitant qu’avec cet argent, soit créé « un établissement d’éducation gratuite pour les jeunes filles pauvres », La somme servira à la construction d’un bâtiment dans le 12ème arrondissement.

parisL’architecte Jacques Ignace Hittorff (1792-1867) donnera la forme d’un collier aux bâtiments inaugurés le 28 décembre 1856. L’établissement reçut la dénomination de « Maison Eugène Napoléon », en l’honneur du jeune Prince impérial, Louis-Eugène, né l’année de l’institution en 1856.

08:06 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

11/01/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (2)

paris

Aujourd'hui débute une nouvelle série de l'Oeil du quartier. Elle nous permettra de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Second coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait classique et beau est effectivement celui d'Alain Mimoun : Athlète de légende né en Algérie en 1921, il est très vite remarqué pour ses qualités sportives, mais l’entrée en guerre de la France va faire basculer son destin. Alain Mimoun a combattu pour la France lors de la Seconde Guerre mondiale. 

À l’issue du conflit, il se consacre pleinement à la course à pied et connaît de nombreuses victoires sur les pistes d’athlétisme dont celle du marathon lors des Jeux olympiques de Melbourne en 1956.

paris

Cliquez pour agrandir

Alain Mimoun est mort le 27 juin 2013, à l’âge de quatre vingt douze ans.

Le 19 octobre dernier, Catherine Baratti-Elbaz, Mairie du 12e arrondissement, et Jean-François Martins, adjoint à la Maire de Paris en charge des sports et du tourisme, ont inauguré au 15 rue de la Nouvelle-Calédonie, le centre sportif Alain Mimoun, connu jusqu'alors comme centre sportif Paul Valéry.

paris

07:58 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

04/01/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (1)

paris

Aujourd'hui débute une nouvelle série de l'Oeil du quartier. Elle nous permettra de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Premier coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

08:08 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

30/12/2016

Retour sur l'année 2016

medium_side_mirror.jpgDemain se termine la onzième année pleine de la vie de ce blog au cours de laquelle nous vous avons proposé 289 articles et sur lesquels vous avez formulé 297 commentaires sur les sujets les plus divers concernant de près ou d'un peu plus loin Bel-Air Sud.

Nous en avons parcouru la liste afin de nous les rappeler et vous inciter à relire quelques uns d'entre eux ...

... s'intéressant à notre histoire et notre patrimoine : 

... se rapportant à l'urbanisme et à l'architecture :

... touchant à l'espace public, sa propreté et sa végétalisation :

... concernant les déplacements :

... abordant d'autres thèmes :

Dernière précision : si la relecture d'un article vous inspire, vous pouvez encore commenter.