Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (20)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Vingtième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait représente Léo Ferré (1916-1993). La photo illustre son album Le Temps des roses rouges paru en 1950.

Poète et musicien, Ferré a mêlé le lyrisme à l'argot, l'amour à l'anarchie. Il occupe une place centrale dans le monde de la chanson française et est sans doute une des références absolues dans ce domaine.

Nous n'avons pas trouvé trace du passage de Leo Ferré dans dans le 12e dans sa biographie, mais le conseil de Paris en a voulu autrement : le jardin précédemment dénommé jardin Brûlon-Cîteaux, a été rebaptisé square Léo-Ferré le 24 octobre 2009.

Le square Léo-Ferré, est un espace vert de 1000 m2 du quartier Aligre, accessible par la rue de Cîteaux, le passage Brulon, et l'impasse Druinot.

paris

Ce jardin est charmant et bienvenu dans un quartier qui manque d'espaces verts. Nous ne boudons pas notre plaisir de voir le 12e honorer Léo Ferré, mais comment ne pas trouver bien modeste la taille du jardin qui lui a été attribué pendant que Georges Brassens dispose d'un parc de 8,7 hectares.

07:58 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

10/05/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (19)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Dix-neuvième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

paris

Ce portrait représente Georges-Marie Contenot (1868-1948) qui fut conseiller municipal et secrétaire général de l'Office public d'habitations de la Ville de Paris. En 1934 et 35, il fut président du Conseil Municipal de Paris.

Aujourd'hui, le nom de Georges Contenot est principalement associé au square qui porte son nom dans le quartier de la Vallée de Fécamp et sur lequel ont été construits en 1954 un ensemble d'habitations à bon marché aujourd'hui gérées par Paris Habitat OPH.

paris

Cliquez pour agrandir

En 2015, Paris Habitat réalise des travaux d’amélioration tant sur les bâtiments que dans le jardin, tout en densifiant l’îlot grâce à de nouvelles habitations et à un équipement public (92 logements, crèche de 66 berceaux). On retrouvera ici la présentation (pdf 9,7 Mo) qui en a été faite par Paris Habitat OPH le 16 mai 2013.

09:00 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

03/05/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (18)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Dix-huitième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait est celui de Georges Méliès (1861-1938)

Georges Méliès est considéré comme l’un des pionniers du cinéma. Venu du monde du spectacle et de la magie, il découvre le cinématographe lors de la première projection publique donnée par les frères Lumière le 28 décembre 1895. Il réalisera près de 600 films, plein de magie et d’ingéniosité, apportant la dimension artistique à une industrie naissante. Considéré comme le précurseur des effets spéciaux et le créateur du premier studio de cinéma (à Montreuil), Georges Méliès connut une renommée mondiale avec le film Le Voyage dans la lune (1902) avant de finir ruiné.


Georges Méliès : Le voyage dans la lune (1902) par tartenpion333

Le square Georges Méliès est situé à la porte de Montempoivre ; il est bordé par le boulevard Soult, la rue Ernest Lavisse et l'avenue Emile Laurent. D'une superficie de 2.994 m2, il a été créé en 1959 et bénéficie depuis 2007 du label Espace Vert écologique attribué par Ecocert.

paris

08:18 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

26/04/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (17)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Dix-septième coup d'oeil :

paris 

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait est effectivement celui de Paul Valéry (1877-1945) dans son bureau en 1938.

Paul Valéry fut un poète, auteur, essayiste et critique littéraire français dont l'œuvre particulièrement pléthorique est marquée par une quête de la poésie pure ainsi que d'une réflexion sur le langage.

Parmi ses ouvrages les plus marquants, on note La jeune Parque en 1918, Le cimetière marin en 1920 ou encore Charmes parus en 1922. Il est élu à l'Académie française en 1925 où il remplace Anatole France. Il décède le 20 juillet 1945 à Paris et est inhumé, après des funérailles nationales, au cimetière marin de Sète.

paris

La Cité Scolaire Paul Valéry est située 38 boulevard Soult (12e). Elle a été construite, au tout début des années 1960 sur les plans des architectes J.C. Dondel et R. Dhuit, à l'emplacement des anciennes fortifications de l'enceinte de Thiers.

paris

Elle accueille environ 1 370 élèves dans ses sections collège (450 élèves), lycée et classes préparatoires (970 élèves) pour 150 enseignants.

La cité scolaire Paul Valéry est l'objet d'un projet de reconstruction qui séparera les entités lycée et collège. Les terrains non occupés permettront d’accueillir des voiries de desserte ainsi qu’un programme de logements et d’équipement public de proximité.

La région Ile de France prévoit la reconstruction du Lycée pour une ouverture fin 2019

paris

La reconstruction du collège est portée par le département de Paris qui envisage une livraison à l'horizon 2022.

Pour plus d'information, reportez-vous à ce mini-site de la ville : Réaménagement de la cité scolaire Paul Valéry.

07:34 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

19/04/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (16)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Seizième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisComme l'a justement identifié Pascal, ce timbre, édité en 1975, représente bien le portrait d'Eugène Thomas (1903-1969) dessiné et gravé par Pierre Gandon.
 
Né à Vieux-Condé (Nord), Eugène Thomas a fondé le réseau est de résistance France au Combat. Il est arrêté, torturé et déporté par les allemands à Buchenwald en 1943.
À la Libération il est nommé ministre des PTT par le Général de Gaulle.
Il sera 13 fois Ministre ou Secrétaire d'Etat des PTT entre 1945 et 1959.

paris

Photo Flickr/Guilhem Vellut 

Le square Eugène Thomas est situé au 1 rue Descos. C'est l'ancien Square de la Mairie du 12e qui a reçu en 2002 le nom du résistant et homme politique. Créé vers 1876 en même temps que la mairie du 12e arrondissement, ce petit square (142 m2) en constitue le prolongement du parvis. Il est ouvert 24h/24h.
 
C'est en bordure du square Eugène Thomas que se trouve la statue de la Victoire, réalisée par Raphaël Hubert, un monument aux combattants de l'arrondissement morts lors des deux guerres mondiales.

07:59 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

12/04/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (15)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Quinzième coup d'oeil : 

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisNous n'avions évidemment pas choisi un portrait le montrant sur son vélo en tenue de cycliste. Il eut été trop facile alors de reconnaitre Jacques Anquetil (1934-1987) !
 
Né à Mont-Saint-Aignan, Jacques Anquetil est l'un des plus grands coureurs cyclistes français de l'histoire.
À 19 ans, il passe professionnel et entre dans la cour des grands : Fausto Coppi, Eddy Merckx et autre Louison Bobet. En 1957, il s'impose dans Paris-Nice avant de triompher dans le mythique Tour de France, épreuve qu'il remporte cinq fois pour devenir le premier quintuple vainqueur de l'histoire.

paris

Le Vélodrome Jacques Anquetil encore souvent appelé Cipale est situé dans le bois de Vincennes au 49 av de Gravelle.

Inauguré en 1896 sous le nom de « Vélodrome municipal de Vincennes », cette enceinte est un site olympique pour les Jeux Olympiques de 1900 et 1924. La Cipale (aphérèse de piste municipale) devient parisienne en 1929 après le rattachement du Bois de Vincennes à la ville de Paris et son 12e arrondissement.

Entree cipale.jpg

De 1968 à 1974, le Tour de France juge son arrivée finale à la Cipale (Étape du Tour de France de la Cipale).

En 1987, la Cipale est rebaptisée « Vélodrome Jacques Anquetil ». La Cipale est classée aux Monuments Historiques en raison de ses tribunes fin xixe siècle, construites sur le "modèle Eiffel".

En mai 2004 (photos ci-dessous) et en avril 2008, le conseil de quartier Bel-Air Sud y a organisé la réception d'arrivée de mémorables randonnées cycliste dans le bois de Vincennes.

paris paris

Cliquez pour agrandir

07:53 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

05/04/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (14)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Quatorzième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe visage qui semble-t-il ne vous est pas connu, est celui de Guy Flavien (1920-1945).
 
Fils d'enseignants, Guy Flavien fait ses études secondaires au lycée Lakanal, puis deux années de mathématiques spéciales au lycée Louis-Le-Grand. 
En Mars 1943, il commence à distribuer des journaux clandestins, dont "Défense de la France", et rentre dans la Résistance. Avec des amis, il rédige et imprime des tracts qu'il distribue.
Le 5 Août 1944, à quelques jours de la Libération de Paris, il est arrêté par la Gestapo et déporté en Allemagne, dans le camp de Buchenwald, où il meurt le 1er avril 1945 d'épuisement.

paris

Photo Flickr/Guilhem Vellut

Dans le 12e, le nom de Guy Flavien a été attribué au collège situé au 6 rue d'Artagnan (quartier Reuilly-Diderot - Saint-Eloi).
parisLe collège Guy Flavien accueille 460 élèves. Les passants rue d'Artagnan peuvent régulièrement profiter des expositions photographiques installées sur les grilles du collège.
En ce moment vous pouvez y voir l'édition 2017 du concours Urban PhotosÀ partir du thème « Urbain végétal » proposé par le conseil de quartier Jardin de Reuilly, le Claje et la FCPE du 12e, une soixantaine d’élèves des collèges publics Guy Flavien, Jean-François Œben, Germaine Tillion et Georges Courtine se sont lancés dans l’aventure visuelle.

paris

07:06 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

29/03/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (13)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Treizième coup d'oeil :  

paris

Cliquez pour agrandir

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe portrait est bien celui de Frédéric Rossif (1922-1990)
Documentaliste et réalisateur originaire du Monténégro (alors partie de la Yougoslavie). Installé à Paris en 1945, il devient tout d'abord employé à la Cinémathèque Française, avant d'entrer à l'ORTF en 1952 où il crée de nombreuses émissions, parmi lesquelles Cinq colonnes à la Une, ou La vie des Animaux. Lorsqu'il passe au long-métrage, il réalise plusieurs documentaires animaliers.
 
Le square Frédéric Rossif est situé au 175 rue de Charenton. Créé en 1978, il occupe 1200 m2. Au centre, se trouve une fontaine en briques réalisée sur trois niveaux.

paris

En 2012, un jardin partagé baptisé la Note Bleue y a été réalisé en collaboration avec les pensionnaires du foyer de la Note Bleue, lieu d'accompagnement et d'accueil de personnes handicapées.

07:57 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

22/03/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (12)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Douzième coup d'oeil : 

paris

Crédits photo : Roger Del Rio (Cliquez pour agrandir) 

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

parisCe tableau d'Eugène Carrière représente effectivement le poète Paul Verlaine (1844-1896).

Partagé entre sensualité et mysticisme, Paul Verlaine connaît une vie difficile et parfois violente, qui s’achève prématurément dans l’alcool.

S'il ne fallait citer que six vers de Verlaine comment éviter ceux repris par Radio Londres pour prévenir les résistants de l'imminence du débarquement en Normandie en 1944 :

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon cœur
D'une langueur
Monotone.

« Chanson d'automne », (Poèmes saturniens)

Dans le 12e, le collège situé 167 Rue de Bercy a été dénommé Collège Paul Verlaine (Cliquez pour accéder à son site).

paris

08:06 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

15/03/2017

L'oeil sur les célébrités du quartier (11)

paris

Cette série de l'Oeil du quartier nous permet de mettre en lumière des personnalités à qui la ville, plutôt que d'attribuer leur nom à une rue ou une avenue, les honore en donnant leur nom à un lieu (jardin, stade ...) ou un établissement public du 12e arrondissement.

Onzième coup d'oeil :

paris

Cliquez pour agrandir 

Qui ce portrait représente-t-il ? Quel lieu porte son nom ?

Notre précédent coup d'oeil :

9782847345001.jpgIl s'agissait bien sûr d'Hélène Berr (1921-1945)

Née en 1921, à Paris, Hélène Berr débute son journal, le 7 avril 1942. Elle y parle sa vie normale de jeune fille, de ses amis étudiants, de son violon, cet instrument qu’elle pratique avec passion et talent.

En juin 1942, son insouciance est rattrapée par l’absurdité et l’horreur de l’Histoire lorsqu’elle est obligée de porter « l’insigne », l’étoile jaune : à la fois témoin de gestes de solidarité des Parisiens comme du zèle de certains fonctionnaires, Hélène Berr note tout.

Arrêtée avec son père et sa mère, le 8 mars 1944, déportée le jour de ses 23 ans à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Hélène Berr y est morte en avril 1945.

paris

parisEntièrement rénovée entre 2007 et 2009, la médiathèque municipale du 70 rue de Picpus a été inaugurée le 6 mars 2009 sous le nom de médiathèque Hélène Berr.

Elle se déploie sur 6 niveaux accessibles au public et occupe une surface de 2 100 m2. Les espaces ont été repensés pour un meilleur accueil et confort des publics : doublement du nombre de places assises (150 au total). Elle est entièrement accessible aux personnes handicapées.

07:59 Publié dans "L'oeil du quartier" | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris