Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2006

PDP : Réunion publique

C'est Jeudi 27 Avril, à 19h00, à la Mairie du 12ème que se tiendra la deuxième réunion publique consacrée au Plan de Déplacements de Paris, en présence de Denis Baupin, adjoint au Maire de Paris en cherge des transports, de la circulation, du stationnement et de la voirie, et de Michèle Blumenthal, Maire du 12ème.
Il est encore temps de vous exprimer. Venez nombreux.

PDP : vous avez été entendus

Nous avons sollicité votre avis sur le Plan de Déplacements de Paris. Vous nous avez répondu. Nous avons transmis vos remarques et propositions à la Mairie du 12eme qui les a publiées et va, à son tour, les transmettre à la Mairie de Paris. Le PDP doit être voté par le Conseil de Paris en Juillet.
Déjà certaines annonces du Maire de Paris (conférence de presse du 1er mars 2006) nous font penser que nous avons été entendus :

  • La Ville a lancé un appel d'offres pour un système de location portant sur 3000 vélos et envisage d'aller plus loin.
  • Les artisans résidants dans les communes de proche couronne auront, comme les parisiens aujourd'hui la possibilité de stationner gratuitement 2 heures moyennant un forfait annuel de 175 €.
  • Les commerçants exerçant à Paris ont aujourd'hui droit au stationnement résidentiel (0,50 €/jour) moyennant un abonnement de 475 €/an. Ce droit va devenir gratuit.
  • La Ville a demandé au Directeur Général de l'OPAC de dégager 8000 places de stationnement pour les mettre à disposition des parisiens.
  • Actuellement, 40 parkings offrent des tarifs préférentiels aux résidents. Cette possibilité va être étendue à 20 nouveaux parkings.
  • La Ville va influer sur le STIF pour que l'on crée un ticket unique parking+transport à partir des parcs relais.

    Rappelons enfin que le STIF a mis à l'étude le Ticket "H" qui permettra entre autres de circuler partout pendant un temps donné (1h30).

  • 21/04/2006

    Travaux réalisés, travaux prévus

    Comme nous vous l'avions annoncé, des travaux ont été récemment réalisés dans notre quartier.
    Ces travaux visent en particulier à améliorer la sécurité et le confort des déplacements piétons des personnes à mobilité réduite et de celles avec des poussettes d'enfants.

  • Calibrage de la rue de Picpus entre l'av Michel Bizot et le bd Poniatovski
  • Traversée protégée de la rue de Lamblardie au niveau de la place Félix Eboué
  • Calibrage de la rue de la Vega entre l'avenue Daumesnil et la rue de Rottembourg

    D'autres, devant être effectués d'ici fin 2006 sont annoncés :

  • Aménagements de la circulation et des arrêts du bus 62 :
    . bd de Reuilly : creation d'un couloir (sans séparation) dans le sens place Daumesnil vers place 'Sans-Nom'
    . rue Louis Braille : aménagement des arrêts avec abribus et quai (dans le sens descendant)
  • Mise en stationnement payant mixte (résidentiel et rotatif) des rues encore en stationnement gratuit
  • Aménagement du carrefour des rues de la Vega et Rottembourg et achèvement du calibrage de la rue de la vega (entre Rottembourg et Montempoivre).
  • Le stationnement longitudinal des voitures sur les contre-allées de l'avenue Daumesnil devrait également être poursuivi.
  • La création d'une traversée piétons surélevée rue Montempoivre au niveau du bd Soult est également prévue. Nous avons demandé qu'à cette occasion la signalisation soit renforcée pour sécuriser les abords de l'école Montempoivre.

    Nous vous rappelons qu'il existe au sein du conseil de quartier Bel-Air Sud une commission Voirie & Urbanisme qui traite des aménagements urbains, des déplacements (PDP) et de tout ce qui concerne le Plan Local d'Urbanisme (PLU). Cette commission est ouverte à tous. Vous pouvez demander à y participer.

  • 14/04/2006

    La propreté de Paris : une vieille histoire.

    Le site L'Histoire en Ligne nous informe sur la longue histoire de la propreté de Paris. Voici ce qu'on peut y lire :

    Le Service du nettoiement de la Ville de Paris est l’héritier d’une organisation qui semble avoir pris naissance lorsque Messire Jean Sarrasin, nommé Voyer de Paris par Louis IX prescrivit en 1270 que les rues de Paris seront nettoyées lorsque le Voyer en publiera l’ordre en faisant crier le "ban".
    C’est sous l’impulsion de Charles VI, Henri IV, Louis XIV, Louis XV et de grands Administrateurs tels M. de la Reynie en 1667 et M. de Sartines en 1767 que ce service va enfin se développer.

    Jusqu’au XVIIè siècle, les Parisiens ont les pires difficultés à se frayer un chemin au travers des immondices recouvrant les rues et chemins de la capitale. Il faut savoir que les habitants des maisons ont pour habitude de se débarrasser de leurs déchets en les jetant par les fenêtres sans se préoccuper du point de chute : on risque à tout moment de se retrouver couvert d’ordures ménagères, du contenu de chaise percée ou autres liquides malodorants.

    Pourtant, l’ordonnance du Châtelet, fait obligation à chaque habitant d’entretenir le devant de sa maison jusqu’à la moitié de la rue et de transporter les déchets hors la ville.

    Louis XIV, n’apprécie pas que Paris passe pour la ville "la plus sale d’Europe". Il veut que cette capitale soit digne de son règne. C’est Colbert qui s’attaque au problème en étudiant la création d’un service de voirie.

    Gallyot, commissaire au Châtelet, est nommé inspecteur général de l’Entreprise de nettoiement. Il est chargé de recruter un nombre suffisant de personnels et de commissaires responsables, dans chaque quartier, d’organiser les travaux de ramassage et de percevoir les taxes auprès des riverains. Mais les désaccords qui existent entre ses commissaires et lui font que la propreté de Paris n’évolue guère.

    Colbert se fâche, et nomme un Lieutenant général de police, La Reynie, doté des pouvoirs que pourrait avoir un préfet de police de nos jours. La Reynie fixe immédiatement un règlement pour l’assainissement de la capitale. Les Parisiens avaient toujours de bonnes raisons pour demander l’exonération de la taxe de voirie et celle-ci était déficitaire.

    La Reynie la rend obligatoire pour tous, seuls seront exemptés l’Hôtel-Dieu et certaines institutions charitables. Un recensement de toutes les maisons de la capitale est effectué avec le nom des habitants, le détail des enseignes. Dans chaque quartier une commission composée de notables est chargée de tenir ce rôle à jour chaque année. Tous les immeubles ainsi répertoriés seront passibles de la taxe, payable tous les six mois et d’avance. En cas de non-paiement le débiteur est menacé de saisie.

    C’est au receveur de quartier qu’il incombe de passer un marché avec un entrepreneur. Ce dernier doit respecter scrupuleusement le cahier des charges établissant le nombre d’hommes et le matériel nécessaire à la bonne exécution du travail.

    L’Ordonnance de police du 5 mai 1668 prévoit un nettoyage quotidien des rues, des inspecteurs surveillent le déroulement des opérations, signalent les négligences et fixent le taux des pénalités si le contrat n’est pas respecté. Les habitants doivent nettoyer devant leur maison tous les matins, mettre les boues en tas le long du muret et nettoyer leur portion de rue à grande eau.

    Il est interdit de jeter ou déposer des déchets dans la rue. Ils doivent être portés chaque matin dans les tombereaux dont le passage est signalé par un son de cloche.

    Les ordonnances du lieutenant général ne sont pas très bien accueillies. Les corporations, le prévôt des marchands voient dans ces mesures une violation des usages. La Reynie reste inflexible, les contraventions pleuvent : les réfractaires se soumettent. Paris devient tellement propre que des observateurs étrangers viennent sur place pour s’en rendre compte.

    Service d’Etat, la voirie devient municipale par un décret du 6 juin 1790. Le 17 février 1800 elle est confiée au Préfet de police, puis en 1859 au Préfet de la Seine. Le 26 mars 1873, l’obligation de balayage est supprimée pour les riverains. En 1884 c’est l’usage de la poubelle (du nom du Préfet de la Seine) qui est imposé.

    13/04/2006

    Retour sur les vélos à assistance électrique

    Nous avons publié il y a quelques mois (déjà !) un article concernant les vélos à assistance électrique (VAE)

    Récemment, Parizine a publié un article sur le sujet qui nous a fait découvrir Velocito, une entreprise entièrement consacrée aux VAE.

    L'une des propositions émises par la commission Voirie & Urbanisme pour le PDP est :

  • encourager l’usage des vélos à assistance électrique qui semblent un moyen bien adapté à la ville.
    Lors de la dernière réunion publique de notre conseil de quartier, un habitant avait demandé si les VAE étaient autorisés sur les pistes cyclables.

    Nous avons interrogé Nathalie Martinez correspondante des collectivités locales chez Velocito, qui nous répond :

    La directive européenne EC2002/4 et la norme française NF R30-020 considèrent comme une bicyclette conventionnelle toutes les deux roues à motorisation électrique respectant les critères suivants:
    - assistance liée au seul pédalage
    - motorisation inférieur ou égale à 250W
    - arrêt de l'assistance au delà de 25Km/heure

    Les vélos électriques proposés par Velocito entrent dans la catégorie des cycles et sont donc parfaitement utilisables sur pistes cyclables ou voies vertes.

    Nous voilà rassurés, aucune déclaration de mise en route, aucun certificat d'immatriculation ou encore assurance n'est nécessaire pour enfourcher un VAE et circuler sur les pistes cyclables du 12eme et d'ailleurs.

  • 12/04/2006

    Un bruit qui court

    Parmi les 35 propositions formulées par la commission Voirie & Urbanisme dans le cadre du Plan de Déplacements de Paris, la lutte contre le bruit des deux-roues motorisés a été unanimement approuvée par les habitants.

    medium_bruitbas3.pngLe bruit est en effet la première nuisance dont se plaignent les Parisiens. En ville, le bruit ambiant tient essentiellement à la circulation motorisée.

    C'est pour celà qu'une carte du bruit a pu être 'calculée' en se basant sur la largeur des rues, la hauteur des immeubles et les débits horaires des véhicules. Il aurait été en effet extrêmement difficile d'effectuer des mesures fiables pour établir une pareille carte. Cette méthode permet en outre d'actualiser facilement la cartographie en prenant en compte l'évolution du trafic.

    Une cartographie du bruit est disponible sur le site de la ville de Paris. Nous en avons extrait la situation concernant Bel-Air Sud : ici le jour (données de 2003) et là, la nuit (données de 2004).

    Paris devance la réglementation européenne qui exige des mises à jour des cartes du bruit quinquennales. La prochaine mise à jour globale de "la cartographie du bruit routier de Paris jour, soirée et nuit" sera disponible en 2006. Elle prendra en compte, tous les nouveaux aménagements de voies et de quartiers de Paris. Nous ne manquerons pas d'examiner l'évolution de la situation, en particulier dans le périmètre du quartier vert Voûte Bel-Air.
    La Ville de Paris met par ailleurs en place en 2006 un Plan de lutte contre le bruit quelle qu'en soit la forme et l'origine.

    Toutes les informations concernant le bruit sont disponibles sur cette page de paris.fr.

    08/04/2006

    De la Pte de Vincennes au quartier Voûte Bel-Air

    La porte de Vincennes et les environs sont le théatre d'un GPRU (Grand Projet de Renouvellement Urbain).

    Le GPRU à pour objectif d'améliorer le cadre et les conditions de vie dans onze quartiers prioritaires dont celui de la Porte de Vincennes (12ème et 20ème). Cette opération engagée depuis mars 2001 est menée en concertation avec la commission GPRU des conseils de quartier Bel-Air Nord (12ème) et Plaine Lagny (20ème).

    L'une des opérations 'phare' de ce projet à fait l'objet jeudi 6 avril d'une réunion publique à l'école Lamoricière.
    Les élus du 12ème, la Direction de la Voirie et des Déplacements et le Service des Aménagements et des Grands Projets ont présenté aux habitants les transformations qui vont être effectuées sur l'avenue de la porte de Vincennes ainsi que sur l'échangeur du boulevard périphérique :
    Cela commence par la suppression des stations service qui était réclamée par les riverains depuis de nombreuses années :

    medium_ptevincennes1.jpg

    ...et leur remplacement par une zone fortement végétalisée, dans la continuité des aménagements déjà effectués sur le long du cours de Vincennes :
    medium_ptevincennes2.jpg

    Cela se poursuit par un aménagement de la dalle surplombant le périphérique qui permet :
  • d'une part d'améliorer la liaison 12ème Saint-Mandé en élargissant les trottoirs et en créant des pistes pour les vélos,
  • d'autre part d'améliorer la liaison 12eme-20eme en créant deux nouvelles traversées piétonnes et cyclistes de part et d'autre de l'échangeur.

    Les aménagements paysagers le long de l'avenue de la porte de Vincennes entrainent la suppression des contre-allées et donc de places de stationnement.
    Une compensation sera obtenue sur le boulevard Carnot et l'avenue Emile Laurent qui vont être mis en sens unique pour permettre le stationnement en épis.

    En quoi tout celà intéresse Bel-Air Sud, vous demandez-vous.
    A Bel-Air Sud, nous pensons que la mise en sens unique du boulevard Carnot va rendre beaucoup moins 'malin' l'itinéraire pris par de nombreuses automobiles pour rejoindre la porte de Vincennes (via la rue Louis Braille et la rue du Sahel) et que cela ne pourra qu'être favorable à la réduction de la circulation de transit dans le Quartier Vert Voûte Bel-Air. Affaire à suivre.


    Planning des travaux :
  • Les stations service seront retirées entre mi-mai et fin juillet.
  • La mise en sens unique du boulevard Carnot et de l'avenue Emile Laurent se feront en Juillet (avec les aménagements de stationnement correspondants)
  • Les aménagements de l'avenue de la porte de Vincennes auront lieu entre début Août 2006 et juin 2007

  • 29/03/2006

    C'est le printemps, préparez vos vélos !

    Voici (enfin) le printemps, où les jours rallongent et où l’on a envie de sortir plus souvent à vélo, mode de transport agréable et bien adapté aux trajets en ville !
    L’enthousiasme des cyclistes, en particulier lorsqu’ils (re)découvrent ce mode de déplacement pratique et synonyme de liberté retrouvée, doit être encouragé tout en leur rappelant que, comme tout conducteur de véhicule, ils se doivent d’adopter certains comportements pour assurer leur sécurité et celle des autres.
    En complément de la fiche consacrée aux équipements obligatoires ou recommandés de sécurité, TextOvélO verse sa contribution au débat sur les droits et devoirs des cyclistes, mais aussi des autres usagers de la voie publique ; au-delà du respect des règles du code de la route, il s’agit aussi du respect tout court entre tous les utilisateurs de l’espace public qui se pose au quotidien : piétons, cyclistes, motards, automobilistes...
    Ces recommandations ne doivent pas rafraîchir vos ardeurs printanières, mais un cycliste averti en vaudra toujours deux !

    Ce que vous venez de lire est l'éditorial de Denis Baupin (adjoint au maire de Paris chargé des transports, de la circulation, du stationnement et de la voirie) sur la lettre TextOvélO de Mars.

    Si vous pratiquez ou envisagez de pratiquer le vélo à Paris, visitez cette page et abonnez-vous à la lettre TextOvélO.

    22/03/2006

    Extension du tramway T3

    Le débat public sur l'extension du Tramway T3 est ouvert depuis le 6 février (voir notre précédent article). Nous vous rappelons qu'une table ronde se tiendra jeudi 23 mars à 19h dans la salle des fêtes de la Mairie du 12e arrondissement, 130 avenue Daumesnil.
    Le thème de cette table ronde sera : Mobilité réduite et déplacements.
    Vous trouverez sur cette page, le calendrier complet des réunions

    21/03/2006

    Traverses et Mobiliens

    Nous vous avons largement exposé les propositions formulées par la commission Voirie et Urbanisme dans le cadre du Plan de Déplacements de Paris. Parmi celles concernant les autobus, on trouve on trouve celle-ci :

    Développer les lignes locales type ‘Traverses’ ou TUVIM d’Issy les Moulineaux. Certaines parties des quartiers sont mal desservies par les transports en commun, entraînant l’usage de la voiture sur de courtes distances.

    Paris14.info signale aujourd'hui le succès de la Traverse Bièvre-Montsouris : "en trois mois d’exploitation, ce minibus de quartier a véhiculé l’équivalent d’une année prévue de trafic".

    L'auteur de l'article attribue en partie ce succès aux insuffisances des bus traditionnels comme le 62 que nous connaissons bien à Bel-Air Sud. Seules les lignes Mobilien semblent fonctionner correctement. Il déplore (nous aussi) qu'à la différence des entreprises sensibles à la qualité du service client, la RATP ne considère pas les usagers comme des clients qu'elle chercherait en permanence à satisfaire. Comme l'auteur de l'article, nous regrettons également que si la municipalité parisienne à offert aux bus des espaces de circulation (couloirs), elle n'a jusqu'à présent eu aucune influence sur la qualité et la quantité du matériel roulant.

    Une piste pour améliorer le service des autobus parisiens pourrait être fractionner toutes les lignes non Mobilien et les remplacer par des Traverses afin d'aboutir à la règle : aux lignes mobilien les parcours inter-arrondissements et aux "Traverses" les parcours locaux. Qu'en pensez-vous ?