Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2019

Nouveaux véhicules de mobilité : Où peuvent-ils donc circuler ?

Il y a à peine trois ans, nous nous interrogions ici : Quelle place pour les nouveaux véhicules urbains ? Il s'agissait de ceux regroupés sous l'appellation gyropodes.

paris

Ces engins sont déjà largement supplantés par ceux que l'on appelle désormais nouveaux véhicules de mobilité et qui sont principalement les trottinettes électriques, objets de beaucoup de questions, d'inquiétudes et d'indignations la part des piétons avec lesquels ils partagent les trottoirs.

paris

À leur circulation sur les trottoirs, s'ajoute que ces engins de mobilité (comme leurs ainés les vélos et les scooters électriques) sont en free-floating, ce qui incite les utilisateurs indélicats à les abandonner n'importe où.

Quelle est la règlementation applicable ? Service-Public.fr, le site officiel de l'administration française répond :

  • Les vélos sont considérés comme des véhicules et doivent circuler sur la chaussée.

Exception : un vélo par un enfant de moins de 8 ans n'est pas considéré comme un véhicule. Son utilisateur est assimilé à un piéton, il peut donc circuler sur le trottoir.

ndlr : comment en ville, un parent peut-il accompagner un enfant cycliste débutant ?

  • Les utilisateurs de trottinettes sans moteur sont assimilés à des piétons et doivent donc circuler sur les trottoirs.
  • Les engins de déplacements électriques (hoverboard, gyropodes, monoroue, trottinette électrique) sont interdits sur les voiries publiques (trottoirs et voies de circulation).

En pratique et en l'absence de règlementation applicable, la trottinette électrique est tolérée sur le trottoir à l’allure de la marche (6 km/h), ce qui n'est que rarement le cas et est également tolérée sur les pistes cyclables.

parisEn septembre dernier, interrogé par franceInfo, Christophe Najdovski affirmait :  Les piétons sont la priorité de la politique des déplacements à Paris. Les trottoirs doivent être sanctuarisés parce que nous avons aujourd'hui un foisonnement de nouvelles offres de mobilité et elles se déploient dans l'espace public, avec en particulier des usages sur les trottoirs qui ne sont pas conformes à ce qu'ils devraient être. Nous avons demandé au gouvernement de définir une règlementation nationale. Aujourd'hui, on est face à un vide juridique qui fait qu'on a des pratiques qui se développent qui ne sont pas des pratiques "sécures".

Rassurant, mais reste à définir et mettre en oeuvre une règlementation qui ne soit pas rapidement rendue caduque par de nouvelles innovations qui ne manqueront pas d'apparaître.

25/01/2019

Ça bouge boulevard Poniatowski

parisBénéficiant depuis décembre 2012 d'une circulation apaisée et d'une voirie superbement requalifiée grâce à l'arrivée du tramway, le boulevard Poniatowski s'apprête à de nouveaux changements. Nous vous invitons à une petite visite commentée de son trottoir impair entre la porte Dorée et la porte de Charenton.

au 117 : conformément à la 2016 DLH 248, l'immeuble a été préempté par la ville et confié par bail emphytéotique à la RIVP. Il va faire l'objet d'un ravalement et sur cour avec isolation thermique par l'extérieur, réfection de l'étanchéité des toitures terrasses et changement des menuiseries extérieures.

paris

La RIVP y réalisera un programme de 6 logements PLA-I, 5 logements PLUS, 3 logements PLS et un local d’activités.

au 105-105bis : conséquence attendue de l'accord par la ville d'un bail à la RIVP (2014 DLH 1020), les travaux de démolition des bâtiments existants viennent de débuter.

paris

À la place, la RIVP va construire un immeuble (R+9) de 12 logements eut local d'activités dont l'architecture apparaît un peu comme un pied de nez aux deux immeubles haussmanniens qui l'encadrent ;

paris

parisau 57 : Comme expliqué dans la délibération 2017 DU 109, la ville a cédé à la société Toit et Joie la parcelle sur laquelle se trouve actuellement un pavillon des années 50 afin qu'elle y réalise une résidence sociale, dédiée à l’accueil de femmes victimes de violences, comportant environ trente-huit logements sociaux et des locaux communs.

Les travaux de démolition du pavillon viennent de débuter.

parisLa société Toit et Joie est déjà propriétaire de la parcelle voisine sur laquelle se trouvait de 1950 à 2010 la Maison des Étudiants des États d'Afrique de l'Ouest (MEEA)

au 47-51 : au pied de immeuble où se trouvait il y a quelques années un agent Renault, un local vraisemblablement commercial est en cours d'aménagement, mais rien ne permet encore d'en connaître la vocation. Espérons qu'elle puisse être bénéfique aux habitants du quartier.

paris

au 17-19 : un projet immobilier regrettable est en cours d'instruction. Il prévoit le remplacement de ces petits bâtiments qui apparaissent un peu comme appartenant à l'orée du bois voisin par un immeuble en R+8.

paris

Le projet en R+10 présenté en février 2017 à la Commission du Vieux Paris, ce projet avait reçu un avis défavorable. Celui ci-dessous présenté en avril 2018 (voir ici) est également critiqué par la commission qui demande (voir ici) que l’immeuble ne dépasse pas celle du bâtiment adjacent.

paris

24/01/2019

Lieux dits oubliés : la Voûte et le Talus du Cours

parisLa rue de la Voûte-du-Cours et celle du Talus-du-Cours sont deux anciennes voies de la commune de Saint-Mandé qui apparaissent sur le plan de Roussel de 1730.

Jacques Hillairet nous explique dans le XIIe et son histoire : Les plans de 1730 indiquaient un chemin allant depuis le chemin des Marais (actuelle avenue Daumesnil) jusqu'au Milieu du Monde (actuel carrefour av de Saint-Mandé/ av Dr Netter) que la commune de Saint-Mandé appela rue de la Voûte-du-Cours.

Le Cours de Vincennes était alors traversé par un passage souterrain voûté situé à proximité de l'actuel passage de la Voûte.

paris

Du sud au nord, la rue de la Voûte-du-Cours est aujourd'hui représentée par la rue de la Véga, l'avenue Michel Bizot, l'avenue Netter (jusqu'à l'avenue de Saint-Mandé) et la rue de la Voûte ainsi dénommée depuis le 10 novembre 1873.

paris

La rue de la Voûte-du-Cours se prolongeait vers Saint-Mandé par la rue du Talus-du-Cours dont il ne reste aujourd'hui qu'une partie après qu'elle ait été amputée une première fois par l'implantation de l'enceinte fortifiée de Thiers et une seconde fois par le boulevard périphérique.

paris

Dans un prochain article, nous évoquerons le chemin de la Voûte-du-Cours.

14/01/2019

Zones 30 : un retard incompréhensible

parisIncompréhensible parce qu'aucune information n'a été fournie par la Mairie du 12e pour expliquer ce retard.

En novembre 2015, nous nous réjouissions de l'extension annoncée pour la fin de l'année des zones 30 et de la création dans le 12e de plusieurs zones de rencontre.

paris

Cliquez pour agrandir

Le 22 juin 2017, répondant à cet article par l'intermédiaire de son compte Twitter @Mairie12Paris, la Mairie du 12e nous assurait que  les travaux des zones 30 Reuilly et Bercy devraient être lancés après les vacances d’été.

parisÀ Bel-Air, particulièrement concerné par la zone 30 Reuilly et plusieurs zones de rencontre, nous avons effectivement constaté la mise en zone de rencontre de la rue Victor Chevreuil, mais ni celle du passage Chaussin ni celle de la rue Sibuet pourtant très justifiées.

La création zone 30 Reuilly s'accompagnera de la création de plusieurs doubles sens cyclables bénéfiques à la pacification de la circulation ce dont a particulièrement besoin la rue Lamblardie où les voitures provenant de la place Félix Eboué pratiquent couramment des vitesses excessives.

paris

Rue Lamblardie depuis la rue de Picpus

La situation la plus extravagante revient à la rue de la Gare de Reuilly qui semble avoir été traitée quand on l'emprunte depuis la rue de Reuilly ...

paris

Rue de la Gare de Reuilly depuis la rue de Reuilly

... mais dont le double sens cyclable ne débute en fait qu'au numéro 15. Quand on l'aborde depuis la rue de Picpus, on constate qu'aucune intervention n'a été effectuée au grand mécontentement de ceux qui prennent un Vélib à la station

paris

Rue de la Gare de Reuilly depuis la rue de Picpus

Nous donnera-t-on un jour des éléments permettant de comprendre pourquoi une décision aussi peu budgétivore n'est pas réalisée trois ans après avoir été annoncée ?

08:08 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris

31/12/2018

Retour sur l'année 2018

medium_side_mirror.jpgAinsi se termine la treizième année pleine de la vie de ce blog au cours de laquelle nous vous avons proposé 264 articles et sur lesquels vous avez formulé 291 commentaires sur les sujets les plus divers concernant de près ou d'un peu plus loin Bel-Air Sud.

Nous en avons parcouru la liste et avons choisi de vous rappeler douze d'entre-eux afin de vous inciter à les relire et poster le cas échéant les commentaires qu'il vous inspirent.

paris

paris

paris

paris

paris

paris

24/12/2018

Joyeux Noël

Perché on ne sait où, le Père Noël contemple notre quartier afin de préparer sa tournée.

paris

Habitants de Bel-Air Sud ou d'ailleurs
Lecteurs réguliers ou lecteurs occasionnels
nous souhaitons d'excellentes fêtes
à chacune et chacun d'entre-vous

21/12/2018

La petite Ceinture se prépare à nous recevoir

parisRappelons tout d'abord ce que répète à l'envie l'Association de Sauvegarde de la Petite Ceinture et de son Réseau Ferré (ASPCRF) : la Petite Ceinture n'est pas une ligne désaffectée, mais une ligne faisant partie du réseau ferré national et actuellement inexploitée. Elle est l'objet d'un Protocole cadre entre la Ville de Paris, SNCF-Réseau et SNCF-Mobilités sur la Petite Ceinture ferroviaire (2015 DU10), qui permet à la ville de l'ouvrir au public après mise en sécurité.

Dans le 12e, une portion de 1 670 mètres, située entre la villa du Bel-Air et la rue des Meuniers, sera rendue accessible aux Parisiens et aux visiteurs à l'été 2019.

parisLe respect du lieu et de sa biodiversité faisant un excellent ménage avec les contraintes budgétaires, c'est un aménagement léger qui est prévu. Ne vous attendez-donc pas à trouver quelque chose de comparable à la Coulée Verte René Dumont traitée comme un parc paysager ni à une similitude avec la partie de la Petite Ceinture située dans le 15e traitée un peu comme la High-Line de New York. Il s'agit ici d'adapter l'espace pour créer un sentier ferroviaire comme on a pu l'entendre dans des discours récents.

L'ouverture de la section comprise entre la passerelle des Meuniers et le square Charles Péguy est annoncée pour le 1er trimestre 2019. Des travaux d'accessibilité et de sécurisation sont en cours en particulier au niveau de la passerelle des Meuniers où nous avons pris les photos ci-dessous.

paris paris
paris

Cliquez pour agrandir

L'aménagement se poursuivra ensuite sur Bel-Air Nord avec en particulier l'accès villa du Bel-Air et l'escalier qui assurera rue du Sahel, la jonction avec la Coulée Verte René Dumont.

paris

20/12/2018

Le 12e compte une nouvelle sculpture

C'est une bonne nouvelle que nous avons omis de vous signaler en temps voulu pour assister à son inauguration : depuis le 20 septembre, le 12e compte une nouvelle sculpture sur son espace public.

XxjwsfF007034_20180921_CBPFN0A001.jpg

Cliquez pour agrandir

Située sur le parvis de la Gare de Lyon, cette statue de bronze à la mémoire des travailleurs chinois de la Première Guerre mondiale a été offerte à SNCF Gares et Connexions par l'Association Les Amis de Wu Jianmin et la province de Shandong. Réalisée par l’artiste chinois Li Xiaochao, elle présente l'image d'un paysan ordinaire de la province du Shandong, d'où venaient la plupart des travailleurs chinois durant la première guerre mondiale.

3006813663.jpgEntre 1916-1918 en effet, environ 140 000 travailleurs chinois sont arrivés en Europe pour fournir des services logistiques aux forces alliées, dont environ 20 000 ont perdu la vie pendant la guerre. Après l’armistice, 3 000 d’entre eux choisirent de rester en France. Certains s’installèrent dans l’îlot Chalon et formèrent la première communauté chinoise de Paris.

18/12/2018

Un ensemble de logements sociaux de 1955

Depuis juin 2015, très irrégulièrement nous publions des articles consacrés aux ensembles de logements sociaux du siècle dernier. Après ...

... nous visitons aujourd'hui l'ensemble Véga-Rottembourg-Montempoivre.

Cet ensemble situé au 26-44 bis rue de la Véga et 15 rue Rottembourg a été réalisé en 1955 pour le compte de l'OPAC de Paris par les architectes René Chapaud et Jacques Haguenauer. Il a été réhabilité en 2002 par SCP Beguin & Macchini

Il comporte  251 logements (24 T1, 88 T2, 114 T3 et 25 T4). On y recense 472 habitants disposant chacun en moyenne de 25 m2 habitables.

Vega Rottembourg.jpg

Cliquez pour agrandir

En 2015, s'est tenue au Pavillon de l'Arsenal une exposition dans laquelle on pouvait lire au sujet de cette résidence :

Ce projet a été réalisé dos à la Petite Ceinture autour d'un paisible jardin, à l'époque où le trafic ferroviaire s'était considérablement réduit. Les architectes ont ainsi opté pour un grand front bâti le long des voies.

Capture d’écran 2018-10-28 à 23.23.21.jpgLes espaces de circulation et de service des logements, surplombant la Petite Ceinture, protègent du bruit les salons et les chambres. Aujourd'hui cette façade jouit de la présence d'une végétation abondante et de l'atmosphère de détente de la promenade piétonne qui parcourt le viaduc.

Capture d’écran 2018-10-28 à 23.25.09.jpgRépartis en volumes de différentes hauteurs, dont le point culminant est une tour de quatorze étages, la plupart des logements bénéficient de vues sur le nouvel espace public. Dans chaque bâtiment, un noyau vertical encloisonné donne accès à deux logements traversants par étage. Le réseau de circulations de la tour est complété d'un escalier sculptural extérieur qui souligne la présence de l'édifice face à la Petite Ceinture.

14/12/2018

De l'art dans mon quartier : des demandes récurrentes pas souvent satisfaites

parisEn 2016, l'un des projets gagnants du budget participatif (810 votes) avait pour titre De l'art dans mon quartier : des rues hautes en couleurs. En argumentaire introductif, on peut lire :

Notre 12e recèle d’artistes, de trésors cachés et d’œuvres en tout genre. La mise en valeur du patrimoine et le développement artistique de l’arrondissement permettent : d’égayer et de redécouvrir nos rues ; de créer du lien social entre les habitants ; de renforcer l’identité des lieux, le respect du cadre de vie… et cela de façon pérenne.

Doté d'un budget prévisionnel de 150 000 euros il regroupait 8 sous-projets d'ambitions et d'implantation diverses dans l'arrondissement :

Deux années sont passées et chacun peut constater que ces projets peinent pour la plupart à se concrétiser. En particulier le premier d'entre-eux qui, moyennant un budget de 40 000 euros, prévoyait l’installation dans l’espace public du quartier d’une oeuvre d’art disponible dans les réserves de la ville. Validé en commission ad hoc ce projet a bénéficié comme d'autres d'un enterrement de première classe lors de la réunion tenue le 8 mars 2018 (voir le compte-rendu).

Faute d'explication officielle, comment ne pas penser que des projets votés ont du être abandonnés parce que d'autres non souhaités avaient ponctionné le budget qui leur était réservé ?

En 2015, le projet Les oeuvres d’art investissent la rue lauréat du BP2014 a bénéficié d'un budget certainement justifié (voir les réalisations en bas de cette fiche) de 3 millions d'euros.

Au BP2018, Sortir les œuvres d’art des réserves, un projet similaire à celui déposé en 2016 dans le 12e, bien que non gagnant, a reçu 10963 votes.

Tout récemment, le 9 novembre dernier, la ville a lancé l’appel à projets « Embellir Paris », dédié aux artistes français et étrangers. Les artistes ont jusqu'au 7 janvier pour déposer leur projet pour les 20 sites qui ont été identifiés. Y verra-t-on autre chose que du street-art ?

paris

Bd de Clichy : La Quatrième Pomme, de Franck Scurti

Voici un site qu'il serait facile d'embellir
pour le plus grand plaisir des passants