Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2017

Propreté de l'espace public : deux lieux remarquables du 12e

Même s'ils n'appartiennent pas au domaine public, deux lieux publics de notre arrondissement ont retenu notre attention pour leur remarquable état de propreté.

Le parvis de la gare de Lyon :

IMG_4307.JPGp

Un lieu qui invite à s'attarder ...

IMG_4299.JPG

... et à profiter d'expositions

Bercy Village :

paris

Un centre commercial à ciel ouvert certes ...

paris

.... mais qui veille au bien-être de ses usagers

Ces deux lieux ont en commun de ne pas être entretenus par la Mairie de Paris qui cependant ferait bien de s'en inspirer ...

IMG_4906.JPG IMG_3758.JPG

Bercy Village (à gauche) et Gare de Lyon (à droite)

Cliquez pour agrandir

On peut comparer leur situation à celle de ces espaces publics de Manhattan où la propreté, la sécurité et  l'animation de certains secteurs ne sont pas directement gérés par la ville, mais au travers de délégations à des organisations privées à but non lucratif comme Bryant Park Corporation ou Flatiron/23rd Street Partnership BID.

paris paris

Bryant Park (à gauche) et Flat Iron District (à droite)

paris paris

Union Square (à gauche) et Herald Square (à droite)

Cliquez pour agrandir

Ces organisations (Business Improvement District) sont financées par les entreprises et commerces du secteur. Résultat convaincant !

Nota : L'espace public représente dans les sociétés humaines, en particulier urbaines, l'ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui sont à l'usage de tous. Ils appartiennent soit à l'État (domaine public), soit à aucune entité juridique et morale de droit ou, exceptionnellement, au domaine privé (Source).

31/10/2017

Paul Crampel, l'oublié de ce blog

Si nous avons mentionné sur ce blog la plupart des personnages qui ont donné leur nom à une rue du quartier, Paul Crampel apparaît comme un oublié.

Le chantier qui a entrainé la fermeture pendant plus de deux mois d'une section de la rue du Sahel a permis à de nombreux automobilistes de découvrir la rue Paul Crampel par laquelle ils étaient déviés.

crampel.jpgPaul Crampel (1864-1891) est né à Nancy. Après avoir étudié les sciences humaines, il a été embauché comme secrétaire privé par Brazza, qui lui a confié l'exploration du bassin nord d'Ogooué. Crampel a cartographié plus de 2 000 km de routes et a signé de nombreux traités avec des chefs locaux.

En 1890, le Comité de l'Afrique française lui a confié la mission d'atteindre le lac Tchad, reliant le Congo au Sahara. Le 9 avril 1891, Crampel fut assassiné à El Kouti. Seuls quelques hommes, dans l'arrière-garde, ont échappé à l'abattage.

paris

Marche vers le Tchad (©Leemage)

27/10/2017

Le Parc de Bercy résistera-t-il aux JO ?

parisCréé entre 1993 et 1997, le Parc de Bercy occupe une surface de 14 hectares divisée en 3 parties  :

  • À l'est, entre Bercy-Village et la rue Joseph Kessel le secteur est nommé Jardin romantique.
  • Entre la rue Joseph Kessel et la Cinémathèque se trouvent les Parterres, comprenant entre autres la maison du jardinage et la vigne.
  • L'espace situé entre la Cinémathèque et le POPB* est appelée les Prairies. Il accueille des matches de football improvisés et c'est là que se trouvent le skatepark couvert et le Canyoneaustrate.

paris

Cliquez pour agrandir

Entre mars 2014 et octobre 2015, des travaux de rénovation du POPB ont été effectués. La salle est passé de 17 000 à 20 300 places et l'extérieur a été totalement réaménagé. La réouverture s'est accompagnée du changement de nom désormais AccorHotels Arena *

Les dispositifs de sécurité imposés par le risque terroriste sont à l'origine de l'annexion par le POPB d'une large partie des Prairies, la zone adjacente. Est-ce vraiment une mesure temporaire ?

paris

A plusieurs reprises, des chantiers colossaux dont on ne sait rien, complètent l'occupation des lieux.

paris

L'accès au parc depuis la station de métro Bercy nécessite désormais de parcourir la rue de Bercy jusqu'à la place Léonard Bernstein.

Plus inquiétant :

Le 25 janvier 2016, Jean-François Martins, adjoint au maire en charge des sports et du tourisme, a annoncé que, quelque soit la décision concernant l'attribution des JO, Paris construira à proximité de l'AccorHotels Arena, une enceinte (Bercy Arena II) de 7.000 à 8.000 places pour "répondre aux attentes et aux besoins exprimés par les clubs sportifs, notamment de handball, de basket, et par les fédérations pour l'organisation des grandes compétitions". Le coût est estimé entre 50 et 100 millions d'euros.

Paris devant organiser les JO en août 2024, la salle accueillera les épreuves de judo et une partie du tournoi de basket-ball. Pendant les Jeux paralympiques, elle accueillera le tournoi de basket en fauteuil. Une nouvelle invasion du Parc et de ses abords par les Arena 1 et 2 est hautement prévisible avec le risque d'une annexion définitive.

paris

Cliquez pour agrandir

Anne Hidalgo et son adjoint Jean-François Martins ont beau affirmer que l'Arena 2 peut être construite sans toucher un brin d'herbe du Parc, sa seule présence va forcément nous en priver d'une partie.

Même recouvert d'une toiture végétalisée, un bâtiment sportif n'est pas un jardin public !

Une fois de plus, il est déplorable que les prétendus défenseurs de la métropole du Grand Paris s'acharnent à tout garder intra-muros. Alors, après les Serres d'Auteuil sacrifiées au profit du tennis, le Parc de Bercy risque-t-il de se voir amputé au profit des JO ?

Une pétition Non à l’amputation du parc de Bercy a été lancée par des associations de riverains et des associations de sauvegarde du patrimoine. Le 18 octobre, elle avait recueilli près de 5500 signatures.

L'espoir :

Il est venu d'un article publié le 13 octobre par L'Equipe  sous le titre La «Paris Arena 2» de Bercy, prévue pour Paris 2024, en passe d'être abandonnée ? dont les propos n'ont pas été démentis par les élus parisiens. A suivre ...

paris* L'AccorHotels Arena, est un nom résultant d'un accord de parrainage La salle est toujours officiellement appelée Palais Omnisports de Paris-Bercy (POPB).

26/10/2017

Adolphe Alphand aurait 200 ans aujourd'hui

parisJean-Charles Adolphe Alphand considéré comme le père des espaces verts de Paris est né le 26 octobre 1817.

Parmi les lieux parisiens qu'il a aménagés, on retiendra le parc des Buttes Chaumont, le parc Montsouris et bien sûr le bois de Vincennes.

En 1857, Napoléon III conçoit un plan d'aménagement et d'embellissement pour le Bois de Vincennes. Ce projet est confié à Alphand qui conserve la trame générale du bois, mais transforme en parc anglais les pelouses et les espaces vides, et les relie par des chemins sinueux.

De 1857 à 1860, il creuse ou aménage, successivement, quatre lacs : le lac des Minimes et ses trois îles, le lac de Gravelle, le lac de Saint-Mandé et le lac Daumesnil.

Un monument situé en bordure de l'avenue Foch, réalisé par Dalou et Formigé lui est dédié. Également dans le 16e arrondissement, une avenue porte son nom. Curieusement, cette avenue ne comporte pas la moindre végétalisation.

paris

Monument de Dalou et Formigé dédié à Alphand

24/10/2017

Retour sur la réduction de la place de la voiture à Bel-Air

Un lecteur non familier du quartier nous a suggéré de publier les photos avant-après des lieux illustrant notre article de vendredi dernier. Exercice édifiant qui montre que si des améliorations sont incontestables, il reste beaucoup à faire pour assurer un partage équitable de l'espace public entre les usagers.

Placette Montempoivre (carrefour av. Bizot, rue de Montempoivre, rue de La Véga)

paris paris

En 2002, c'était un parking en partie autorisé, traversé par un passage piéton. En 2005, la réalisation du Quartier Vert Voûte Bel-Air, a permis de le transformer en une placette immédiatement appréciée des habitués du quartier. Malheureusement aujourd'hui, un enclos aussi laid qu'inutile en dégrade le charme.

paris paris

En 2003 encore, c'était un passage piéton immensément long et traversant un parking. C'est aujourd'hui un axe plaisant où des bancs et une fontaine Wallace invitent à faire une pause.

Boulevard Soult (au niveau de la porte de Montempoivre)

paris paris

En 2002 ici, c'était le règne de l'automobile : une la large chaussée, du stationnement sur les trottoirs et une station service comme commerce de proximité. Depuis fin 2012, le Tramway a permis une requalification des lieux et la station service Esso a été remplacéepar une pizzeria. Les voitures ont quitté le trottoir, mais elles sont remplacées par des deux-roues motorisés. Déplorable constat que dénonce très bien Pierre dans son commentaire. L'amélioration est très relative ...

Boulevard Soult (au niveau de la rue Rottembourg)

paris paris

En 2002, les cyclistes devaient se frayer un chemin entre les piétons et les voitures en stationnement sauvage. Depuis la mise en service du Tramway (décembre 2012), ce carrefour a été "civilisé" : les vélos disposent d'une piste côté opposé du boulevard et le stationnement est règlementé.

Avenue Michel Bizot (entre l'avenue Daumesnil et la rue Louis Braille)

paris paris

En 2002, le stationnement n'était autorisé que du côté impair mais côté pair les voitures stationnaient à cheval sur le trottoir (la largeur de la voie et son tracé asymétrique le permettait). Aujourd'hui, l'avenue est "aux normes", mais les livraisons en pleine chaussée sont source de nuisances continuelles. Une action s'impose. 

Avenue Daumesnil (côté impair entre la Petite Ceinture et la rue du Colonel Oudot)

paris paris

Mis à part une suppression du stationnement en épis, la situation n'a guère changé depuis 2002. La piste cyclable du Réseau Express Vélo prévue du plan vélo 2015-2020 devrait apporter la solution.

Rue de Toul (au niveau du TEP Braille)

paris paris

Ici, le stationnement en épi (photo de 2003) a été remis en ordre, le trottoir grandement élargi et un alignement d'arbres on ne peut plus haussmannien a achevé le tout. Parfait !

Sentier de Montempoivre

paris paris

En 2003 se trouvaient ici les dernières places de stationnement autorisées et non payantes de l'arrondissement. Leur suppression et un élargissement de trottoir discutable a été effectué, mais le passage ce cette voie en Zone de rencontre reste nécessaire.

Avenue Daumesnil (côté pair entre l'avenue du Gal Bizot et la Petite Ceinture)

paris paris

Le cas de cette contre-allée circulée a été résolu en 2009 par le déplacement du marché de la Porte Dorée sur l'avenue Daumesnil à l'occasion du chantier du Tramway boulevard Poniatowski. Un acquis appréciable.

Place Antoine Furetière

paris paris

Si les passants ne sont pas nombreux ici pour constater l'évolution entre la situation anarchique du stationnement en 2009 et ce qu'elle était devenue dès 2012, elle est pourtant évidente.

20/10/2017

Du beau travail !

parisAlors que si souvent l'entretien de l'espace urbain laisse à désirer, nous tenons à saluer l'opération en cours rue du Sahel, le long de la Coulée Verte René Dumont.

Les grilles qui étaient en très mauvais état sont en cours de remplacement par de nouvelles. Ces grilles comme le travail de l'équipe qui les posent sont à nos yeux exemplaires.

paris

Quinze ans de réduction de la place de la voiture à Bel-Air et une seule question

Souvenez-vous ....

En 2002 la placette Montempoivre :

2002-DSCN2818.JPG

En 2002 le boulevard Soult :

2002-DSCN2847.JPG

En 2002 le boulevard Soult :

2002-DSCN2850.JPG

En 2002 avenue Michel Bizot :

2002-DSCN2864.JPG

En 2002 avenue Daumesnil :

2002-DSCN2892.JPG

En 2003 rue de Toul :

2003-DSCN2968.JPG

En 2003 sentier de Montempoivre :

2003-DSCN3094.JPG

En 2003 avenue Daumesnil :

2003-DSCN3206.JPG

En 2003 placette Montempoivre :

2003-DSCN3538.JPG

En 2009 place Antoine Furetière :

2009-DSCN4301.JPG

La question ?

Oui, la place de la voiture a été largement réduite

Vit-on pour autant plus mal dans le quartier  ?

Pour poursuivre sur le sujet : Quand Paris n'était qu'un gigantesque parking à ciel ouvert

19/10/2017

Alambiquée et abracadabrantesque : la piste cyclable Courteline-Dugommier (sens retour)

parisAprès avoir pris connaissance des quelques qualités et des innombrables défauts de cette piste cyclable entre le rond-point Courteline et le métro Dugommier, nous allons aujourd'hui faire le chemin de retour.

Nous voici donc boulevard de Reuilly sur l'ancienne piste cyclable en direction de la place Félix Eboué.

IMG_4794.JPG

Peu après avoir dépassé le croisement avec la rue de Charenton (le Monoprix est sur notre droite), nous sommes invités à traverser côté impair du boulevard.

IMG_4796.JPG

Là nous attend une large piste double sens évidemment indisponible les jours de marché alimentaire (mardi et jeudi) comme les samedi et dimanche où se tiennent des marchés spécialisés (Producteurs de Pays et Brocantes).

IMG_4797.JPG

Arrivés place Félix Eboué, la signalétique au sol nous entraine sur le trottoir ou nous devons partager avec les nombreux piétons qui s'y trouvent à toute heure de la journée.

IMG_4800.JPG

Le parcours se poursuit par les traversées successives de l'avenue Daumesnil et de la rue de Reuilly.

IMG_4807.JPG

Puis, toujours sur trottoir en prenant garde aux piétons qui - et c'est bien normal - empruntent ou traversent cette partie de leur trottoir.

IMG_4816.JPG

Un peu plus loin, les cyclistes qui souhaitent emprunter la piste de l'avenue Daumesnil ou le côté pair du boulevard de Reuilly ont une échappée possible. Les habitués auront probablement renoncé à cette piste et se seront mêlés à la circulation générale.

IMG_4817.JPG

Sur la partie du boulevard de Reuilly située entre la rue du Docteur Goujon et la place Sans-Nom, il n'y a pas du tout de piste cyclable et nous devons nous contenter du sens cyclable matérialisé sur la contre-allée qui, anomalie notable, ne comporte aucune signalétique 30 km/h à son entrée.

IMG_4822.JPG

Place Sans-Nom, s'il traverse le côté impair du boulevard de Picpus, le cycliste n'a qu'un choix : celui de prendre la piste double sens en direction du rond-point Courteline.

IMG_4829.JPG

Questions :

  • Comment doit il procéder s'il souhaite descendre la rue Louis Braille ou la rue de Picpus en direction de Michel Bizot ?
  • Comment de ce point peut-il rejoindre la piste cyclable de la Coulée Verte René Dumont ?
  • Qu'est devenue la voie bus ouverte aux cyclistes annoncée côté pair du boulevard de Reuilly ?

IMG_4834.JPG

Nous voici arrivés au rond-point Courteline où moyennant une simple balise de priorité les cyclistes sont "lâchés" dans la circulation générale.

IMG_4848.JPG

Après quelques sueurs froides, quel bonheur de retrouver la piste traditionnelle du boulevard de Picpus en direction de la place de l'Île de la Réunion !

IMG_4852.JPG

En résumé, cette expérimentation nous conforte dans notre jugement initial que ce tracé cycliste est un regrettable raté, qui plus est, probablement fort couteux. La politique actuelle de la ville au profit des piétons et des modes de circulation doux, aurait dû conduire a un tracé bilatéral sur chaussée en cohérence avec les parcours cyclables existants sur les boulevards des Fermiers Généraux.

08:07 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : paris

16/10/2017

Nouveaux Velib' : une question subsidiaire

Unknown.jpegNous avons déjà traité ici de l'arrivée de la nouvelle génération de Vélib gérés par Smoove. Les premiers chantier de conversion des stations JCDecaux en stations Smoove ont débuté.

Si des réponses aux questions que se posaient les utilisateurs ont été apportées, il est un point que nous comme quasiment toute la presse avons passé sous silence :

A quoi vont ressembler les nouvelles stations ?

La question se pose d'autant plus que les stations du Vélib actuel géré par JCDecaux ont été reconnues comme esthétiquement réussies. Conçues par le designer Patrick Jouin, elles étaient en harmonie avec les panneaux publicitaires et les sanisettes exploitées par le même JCDecaux.

3028444935.jpg

Alors que l'on invoque quotidiennement des démarches de concertation, de participation, de co-construction, il est bien regrettable que des mobiliers urbains soient choisis et imposés aux parisiens sans avoir le moins du monde recueilli leur avis.

Ainsi sont apparus dans le paysage parisien les stations Autolib' (une certitude, on ne risque pas de faire pire !), les kiosques presse de Matali Crasset et les abribus de Marc Aurel.

cover-r4x3w1000-59133772ce015-smoove.jpg

Pour ce qui est des nouvelles stations Vélib', seule cette photo est apparue sans commentaires dans des communiqués de presse. Rien ne permet d'affirmer que cela représente ce que nous aurons bientôt chaque jour sous les yeux. Ainsi en est il des mobiliers urbains comme de certaines architectures qui sont imposés aux parisiens. C'est irritant !

20170511_175904_station-smoove.jpg

13/10/2017

Alambiquée et abracadabrantesque : la piste cyclable Courteline-Dugommier

parisL'objectif était clair et l'intention louable : il s'agissait de compléter la liaison cyclable existant dans le 12e le long des boulevard des fermiers généraux.

Furtivement évoquée lors du comité vélo du 10 juillet 2015 (depuis, il n'y en a pas eu d'autre, est-ce un signe ?), lancée dans la précipitation peu avant les élections régionales pour d'obscurs motifs économico-politiques, son tracé a immédiatement suscité de notre part des critiques voire des rejets.

Sans attendre que soient réalisés les quelques marquages encore manquants, nous l'avons parcourue (à Vélib') jeudi 5 octobre.

Arrivant square Courteline en provenance de la place de la Nation par la piste pré-existante bilatérale traditionnelle avec séparateur, nous abordons le rond point.

paris

Première difficulté même pour un cycliste expérimenté : pour rejoindre la nouvelle piste à double sens, il nous faut après avoir traversé le rondpoint dans la circulation générale, nous déporter sur la gauche au risque de dangereusement croiser une automobile empruntant le boulevard de Picpus.

paris

Une fois sur cette piste, pas de problème particulier du moment qu'elle n'est pas occupée par des voitures qui l'utilisent comme voie de dégagement. Au dire des habitués, cette situation est courante lorsque le matin, le boulevard est encombré par les voitures qui déposent des enfants à l'école Saint-Michel de Picpus. C'est d'ailleurs la vulnérabilité de toutes les pistes cyclables de cette largeur.

paris

Nous arrivons place Sans-Nom. Et comme nous voulons poursuivre boulevard de Reuilly, il nous faut repasser à droite en veillant simultanément à la couleur du feu et aux piétons. Pas spécialement facile.

paris

Nous abordons alors une belle piste de couleur sable créée sur trottoir. Reconnaissons que sa réalisation est correcte et qu'elle a donné l'occasion de requalifier certains espaces piétons qui en avaient grandement besoin.

paris

Néanmoins, créer une piste sur trottoir alors qu'on prétend développer les déplacements piétons, plutôt que sur la chaussée, ce qui irait dans le sens de la réduction de la place de la voiture, c'est incompréhensible et même impardonnable !

paris

Comme nous l'avons déjà dit, quelques tracés au sol sont encore manquants, en particulier ceux relatifs à la traversée du boulevard de Reuilly qui permet entre autres de rejoindre la voie cyclable rue de Picpus en direction de Michel Bizot.

paris

Patience ...

Le trajet sur le boulevard de Reuilly se poursuit en franchissant une traversée piétonne probablement destinée à desservir l'arrêt d'autobus, mais dont la disposition est pour le moins insolite.

paris

Nous voici à nouveau mêlé à la circulation générale. 

paris

Certes, il s'agit de la contre-allée, mais empruntée par de nombreuses voitures en recherche de places de stationnement.

paris

Après un bref retour sur la piste couleur sable, nous nous retrouvons sur une bande cyclable simplement matérialisée sur le trottoir.

paris

Nous nous sommes exprimés sur cette section à l'occasion du déplacement du kiosque presse dont la réouverture se fait attendre (voir ici).

Le parcours reprend ensuite la bande cyclable sur trottoir réalisée en 2005 pour offrir un parcours alternatif aux cyclistes les jours de marché.

paris

Le partage de l'espace public est ici aussi insupportable pour les cyclistes que our les piétons.

paris

Dernière étape du parcours, nous descendons le boulevard de Reuilly en direction du métro Dugommier par une large piste double sens néanmoins impraticable les jours de marché.

paris

En conclusion, nous n'hésitons pas à le dire : à nos yeux de Belairien cette liaison cyclable n'entrera pas dans le palmarès des réussites de cette demi-mandature.

D'ailleurs on aimerait bien que les élus du 12e s'expriment sur cette réalisation autrement que par ce qu'on peut lire sur le Compte-rendu de mi-mandat :

Plan Vélo : réaménagement du boulevard de Reuilly avec la création d'un itinéraire cyclable sûr et continu sur les boulevards des Fermiers Généraux.

Et ce n'est pas fini ... jeudi prochain, nous ferons le chemin de retour.

08:09 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : paris