Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2010

Ce blog a cinq ans

6a00d83451df6269e201310fcd260b970c-500wi.jpgCinq ans ! Cinq ans c'est long quand c'est le délai que l'on vous donne pour réaliser un de vos voeux. Cinq ans c'est court pour des élus qui voient approcher la fin de leur mandat.

Nous avons recherché quelques exemples parmi les premiers articles publiés sur ce blog ouvert en novembre 2005 :

... ces faits qui persistent et font notre bonheur :

  • Notre arrondissement est immuablement apprécié pour son caractère végétal que vous avez mis en tête de notre Top XII. 

DSCN0133.JPG

... ce qui a changé et nous réjouit :

  • Le square Charles Peguy qui nous préoccupait s'est partiellement ouvert aux plus grands avec la pyramide de cordes et l'accès le dimanche à la cour haute de l'école.

DSCN7918.JPG

  • Les habitants qui déploraient le mauvais éclairement des trottoirs de l'avenue Michel Bizot ont enfin, depuis quelques mois satisfaction.
  • L'avenue de la porte de Vincennes a perdu son aspect "sortie de paris" pour devenir un espace urbain à part entière.

PteVincennes.jpg

  • Il aura fallu 5 ans ans pour que l'arrondissement se dote d'un annuaire des associations, mais il est depuis et parallèlement, Simpa a gagné en efficacité.

... ce que nous espérons toujours :

  • Voilà cinq ans que nous espérons un projet validé, financé et programmé pour la rénovation du zoo de Vincennes dont la réouverture a pourtant été annoncée pour 2014.
  • Depuis leur création lors de la précédente mandature, les conseils de quartiers demandent l'attribution d'un local dans leur quartier. Cette demande est toujours d'actualité. Par exemple pour l'animation des cafés inter-âges ou le stockage du matériel nécessaire à Circul'Livre.

37LouisBraille.jpg

  • Malgré la piste cyclable qui vient d'y être créée, la rue du Rendez-vous reste un lieu où l'emprise automobile est incompatible avec le développement harmonieux d'une artère commerçante. La municipalité semble avoir renoncé a la faire bouger. Notre rêve n'a duré que le temps d'un tournage.

DSCN4510.JPG

La rue Daguerre (14e) comme la rue du Midi (Vincennes)
ont su donner envie d'y faire ses courses

15/11/2010

Les Anges verts des rues à la Mairie du 12e

angeverts.jpgDans le cadre de la Semaine de la Propreté, la Mairie du 12e présente du 15 au 20 novembre 2010, une exposition des oeuvres de Douglas Brodoff, un artiste américain qui a fait des "agents de propreté de la ville de Paris" une partie de son oeuvre avec l'intention de rendre hommage, à travers la peinture, au fantastique travail accompli par les " Petits Hommes Verts " de Paris.

Peintre, photographe, cineaste, journaliste, écrivain, plasticien, acteur et clown (diplômé de Antioch University, Ohio et Ringling Brothers Barnum and Bailey Circus Clown College), Douglas Brodoff a eu un parcours très riche et varié des deux côtés de l'Atlantique dans le monde de l'écrit, de l'audio-visuel et en particulier du cinéma, et de la création artistique.

image.jpg

Pour voir d'autres oeuvres de Douglas Brodoff, rendez-vous sur ce site.

Les Anges verts des rues est une association loi de 1901 ayant pour but de promouvoir les projets artistiques de Douglas Brodoff, autour de la valorisation des employés de la voirie de Paris et par inférence ailleurs dans le monde

09/11/2010

Bientôt, du stationnement en plus !

transport_actu27840_photo.jpgExpérimentée depuis mars 2009 dans trois quartiers du 17ème arrondissement et dans la totalité du 3ème, le stationnement sur les places de livraisonentre 20 heures et 7 heures du matin a été examinée de très près par la mairie de Paris, la préfecture de police et les organisations professionnelles des livreurs.

Il s'est révélé très positif et va être légalisé à partir du 1er décembre à l’ensemble de Paris.

Toutefois, certaines zones dites "sanctuarisées" resteront réservées exclusivement à la livraison afin de répondre aux besoins des établissements qui sont approvisionnés la nuit ou tôt le matin.

De manière à ce que les automobilistes repèrent aisément les zones de livraison sanctuarisées, elles feront l'objet d'une signalisation nouvelle.

IMG_0408.JPG

Une zone sanctuarisée av. du Gal Michel Bizot

La Direction de la Voirie et des déplacements (DVD) a préféré indiquer par un marquage au sol spécifique les 1 000 places qui resteront interdites au stationnement plutôt que de poser de nouveaux panneaux sur les 7000 autres. C’est, dit-elle plus rapide, plus économique et plus facile à comprendre pour les usagers.

Paris possède aujourd'hui 154100 places de stationnement en surface, dont 9800 aires de livraison.

05/11/2010

L'espace public en partage

Nos rues, nos places et nos carrefours sont des espaces partagés où chacun doit se sentir bien et en sécurité. Pour ce faire, certaines dispositions d'abord expérimentales, puis légales sont mises en oeuvre en France comme dans de nombreux pays :

Les zones 30

468px-Signal_B30.svg.pngUne zone 30 délimite un périmètre urbain dans lequel non seulement la vitesse maximale autorisée est de 30 km/h pour tous les véhicules, mais où les aménagements sont tels qu'ils favorisent la cohabitation pacifique de tous les usagers. De telles zones se trouvent en Allemagne (Tempo-30-Zone), Suisse, Belgique et France.

Pour la France, la définition officielle est donnée par l'article R110-2 du Code de la Route : « “Zone 30” : section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l'autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l'ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable. »

Zones30.jpg
Les zones 30 du 12e (cliquez sur le plan pour l'agrandir)

Les zones de rencontre

090120_Zone_de_Rencontre.jpg

La zone de rencontre est introduite par le décret 2008-754 du 30 juillet 2008. Il vient modifier l'article R110-2 du code de la route comme suit :

“zone de rencontre : section ou ensemble de sections de voies en agglomération constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. La vitesse des véhicules y est limitée à 20 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes...”

Piétons, deux roues et véhicules se partagent donc l'espace avec une meilleure sécurité et une plus grande tranquillité, dans le respect mutuel des besoins de chacun. Le dispositif répond très bien aux besoins de pacification de circulation dans les zones où la mise en voie piétonne n'est pas adaptée.

Dans notre quartier, on pourrait penser à qualifier de la sorte le sentier de Montempoivre et le passage Chaussin qui ne bénéficiant ni l'un ni l'autre de trottoirs obligent les piétons à cheminer sur la chaussée.

La démarche ultime : la route nue

L’idée de route nue (shared space) est très simple. On enlève toute la signalisation, et on laisse les automobilistes, les piétons, les cyclistes, les motocyclistes et les conducteurs de poids-lourds en revenir à une valeur un peu archaïque : le bon sens.

sharedspace 2.jpg
Drachten (Pays Bas) : aucune signalisation ni trottoirs

Malgré ce qu’on pourrait penser a priori, ça fonctionne. Toutes les villes où la route nue s’est fait une place – en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Danemark, en Suède, au Royaume-Uni, en Australie et en Floride – ont noté une baisse très significative du nombre d’accidents.

 Il n'y a pas encore de "shared space" en France, mais Vélobuc est persuadé que l'idée fera son chemin.

08:00 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

29/10/2010

Les cimetières du 12e

Pour les nouveaux lecteurs comme pour les anciens qui ont manqué l'information, en cette période de Toussaint et plus particulièrement en cette année anniversaire de l'extension de Paris, nous re-publions un article faisant le point des cimetières de l'arrondissement :

Au moment où le site de la ville nous informe que les cimetières parisiens se mobilisent pour la Toussaint, il nous a paru intéressant de faire le tour de ceux de notre arrondissement.

Parmi les 20 cimetières parisiens, seuls 14 sont situés dans les limites actuelles de la capitale :

  • ceux qui étaient déjà dans Paris avant les annexions de 1860 : Montmartre, Montparnasse, Père-Lachaise.
  • ceux qui sont devenus parisiens en même temps que les communes annexées : Grenelle, Vaugirard, Auteuil, Passy, Batignolles, Saint-Vincent, Le Calvaire, La Villette, Belleville, Charonne et Bercy qui est le seul cimetière parisien se trouvant dans le douzième arrondissement.
Situé à l'angle de la rue de Charenton et du boulevard Poniatowski, le cimetière de Bercy a été ouvert en 1816 et n'occupe que 62 ares. C'est la nécropole de l'ancien village de Bercy qui a été rattaché à la capitale lors de l'agrandissement de celle-ci en 1860.
Peu de grandes personnalités y reposent si ce n'est l'ancien maire de Bercy, Julius Gallois (décédé en 1839) qui fut Maire de la commune de 1815 à 1821, et dont l'imposante chapelle surmontée d'un sarcophage trône au milieu du cimetière. C’est lui qui créa les célèbres entrepôts de Bercy.
DSCN3163.JPG
Les six autres cimetières parisiens sont situés extra muros et résultent de l'annexion en 1860 (même si ceux-ci ne faisaient pas partie du périmètre annexé). Ce sont : Bagneux, Pantin, Saint-Ouen, La Chapelle, Ivry, Thiais.

 

Notre arrondissement comporte par ailleurs sur son territoire quatre autres cimetières :
  • le cimetière sud de Saint-Mandé qui se trouve dans le quartier de Bel-Air Sud appartient (comme son nom l'indique) à la commune de Saint-Mandé qui a été partiellement annexée par Paris en 1860.
En 2002, la commission PLU du conseil de quartier avait suggéré de créer un portail à l'intersection de la rue du Général Archinard et de l’avenue du Général Messimy afin de l'ouvrir sur le quartier.
cimetiere-1.JPG
cimetiere-2.JPG
Une idée qui pourrait être relancée dans le cadre des relations entre Paris et Saint-Mandé.
Cimetière transféré en 1848 dans le bois de Vincennes.
DSCN1565.JPG
Image 2.png
C'est le seul cimetière privé de la ville de Paris. Il a été creusé en juin 1794 au fond du jardin d’un couvent dont les religieuses, chanoinesses de Saint-Augustin, ont été chassées 2 ans plus tôt, pendant la Révolution française.

Plus de 1300 personnes guillotinées durant la Terreur en 1794 place la de la Nation (appelé à l’époque place du Trône renversé) furent ensevelis dans deux fosses communes du cimetière Picpus.

Racheté par les familles des condamnés, le lieu devient un cimetière privé. C’est ainsi qu’y fut enterré en 1834 le marquis de La Fayette, héros de la guerre d’indépendance des Etats-Unis, à côté de sa femme, dont les sœurs et la mère reposent dans les fosses communes.

DSCN5617.JPG

Tous les 4 juillet jour de sa fête nationale, l’ambassade des Etats-Unis vient au cimetière rendre hommage à La Fayette.

Vous pouvez le visiter :

  • en été : tous les jours en été de 14h à 18h sauf lundi et jours fériés
  • en hiver : tous les jours de 14h à 16h sauf dimanche et lundi

Tarif d’entrée : 3 EUR payable au gardien à gauche de l’entrée.

26/10/2010

Atlantes et Cariatides dans le 12e

colonne-cariatide-t18920.jpgLe terme grec Atlante désigne une figure humaine destinée dans l'architecture à soutenir une architrave à la place de la colonne ou du pilier; il est ainsi nommé par allusion au mythe d'Atlas, qui portait le ciel sur ses épaules  (Source : Le Bestiaire de Chimère).

Une Cariatide est une statue de femme soutenant un entablement sur sa tête, elle remplace une colonne. Ce nom, qui veut dire habitants de Caryes (ville de Laconie), vient, dit-on, de ce que, cette ville s'étant alliée aux Perses lors de l'invasion, ses habitants furent exterminés par les autres Grecs et leurs femmes réduites en esclavage, et condamnées à porter les plus lourds fardeaux.

De figure hiératique dans l'antiquité, la figure de la cariatide est devenue au cours du XIXe siècle extrêmement lascive, avec des drapés plus moulants, des poses plus suggestives (Source : Techno-Science).

A de rares exceptions, les atlantes et cariatides qui ornent plus de cent cinquante façades parisiennes datent de la période 1860-1900. Notre arrondissement n'est pas le plus riche en la matière. Le site Paris à pied en dénombre quatre :

  • 201 rue de Charenton
IMG_3486.JPG IMG_3487.JPG
Cliquez sur les photos pour les agrandir
  • 30 ter avenue Daumesnil / 16 rue Parrot
IMG_0056.JPG

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

  • Tour de l'horloge de la gare de Lyon
IMG_6050b.jpg
  • 26 rue Lacoste / 107 boulevard Poniatowski
IMG_0398.JPG IMG_0399.JPG
Les seuls présents à Bel-Air Sud
Cliquez sur les photos pour les agrandir

07:58 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

19/10/2010

Charolais-Rotonde : les projets architecturaux

L'exposition HABITER 10.09 / 09.10 que présente le Pavillon de l'Arsenal (jusqu'au 7 novembre 2010) nous donne l'occasion de découvrir quelques un des projets architecturaux de l'opération Charolais-Rotonde.

charolais1.jpg charolais3.jpg
à gauche : 66 logements (Badia Berger Architectes, lauréat)
à droite : 17 logements sociaux familiaux + 65 logements foyers
+ réhabilitation d’un bâtiment de 210 chambres
+ crèche de 60 berceaux (EVA Samuel Architecte lauréat)
charolais2.jpg
20 logements + foyer de 60 chambres (MDNH Architectes lauréat)

Le futur quartier Charolais-Rotonde (17 500 mètres carrés de terrains ) délimité par la rue de Rambouillet et la rue du Charolais au nord et à l'est, par le réseau de voies ferrées de la gare de Lyon au sud et à l'ouest devrait voir ses premiers travaux débuter d'ici la fin de l'année. Le propriétaire - et aménageur - est une filiale de la SNCF, la Société nationale d'espaces ferroviaires (SNEF).

Ce projet d'aménagement a été présenté et discuté au cours de deux premières réunions publiques organisées en Mairie du 12e les 12 décembre 2007 et 1er juillet 2008.

Plus récemment (en juin dernier), le magazine Le Point a publié un article fort bien documenté sur le sujet.

On trouve par ailleurs sur Paris-Skycrapers, une esquisse du projet retenu (Pierre du BessetDominique Lyon) concernant le pôle bureaux du quartier.

1261518241P.jpg

Rien par contre n'est encore publié concernant le nouveau conservatoire municipal qui est prévu au 61 rue du Charolais et dont le principe et le dépot du permis de construire doivent être adoptés aujourd'hui même par le conseil de Paris (délibération 2010 DPA 73)

On peut relire ici le texte de la délibération 2007DU217 du Conseil de Paris relatif au protocole d'accord entre la ville de Paris et la SNCF concernant cette opération, ...

... et là, le compte-rendu de la réunion du 5 octobre 2009 en Mairie du 12e.

15/10/2010

Les terrasses en question

Depuis la loi antitabac qui contraint les fumeurs à s’attabler dehors, les patrons de bar et restaurant ont dû s’adapter pour garder cette clientèle toute l’année : ils ont multiplié les demandes d’installation de terrasses chauffées. Ces dernières ont d’ailleurs considérablement augmentées depuis 3 ans.

Capture d’écran3.jpg

Aussi, afin de mieux contrôler l’occupation des trottoirs des 9000 terrasses parisiennes, la Mairie de Paris va prendre de nouvelles mesures qu’elle entend appliquer au 1er janvier 2011 et qui se voudront un peu plus contraignantes qu’auparavant (télécharger le règlement actuellement en vigueur) :

terrasse.jpg

  • Interdiction d’utiliser le chauffage au gaz : Les fameux minibraséros sont jugés trop polluants. Les établissements devront s’équipés d’un nouveau système de chauffe d’ici 2 ans.
  • Adieux aux bâches en plastique : Ces bâches en plastique déployées en hiver par les cafés pour conserver leurs clients en les protégeant du froid, sont jugées inesthétiques et devront être remplacées par des structures plus solides comme celles en verre.
  • Affichage des horaires de fermeture : Chaque autorisation de terrasse doit être affichée sur la vitre de l’établissement, les horaires de fermeture devront désormais également y figurer.
  • Espace minimum de passage pour piéton à respecter : 1,60 m sera la largeur minimale imposée par la Mairie pour permettre aux piétons et poussettes de passer sans encombre. Si cet espace n’est pas respecté, la terrasse sera tout simplement interdite.

Cette dernière disposition fait bondir le réseau "Vivre Paris" (regroupant 15 associations en lutte contre le projet) qui estime que l'espace piétonnier sera en réalité réduit, se référant à un schéma directeur de la ville datant de 2002 qui demandait un passage libre d'1,80 m sur le trottoir (télécharger le document Trottoirs à Vendre publié par Vivre Paris).

Les associations dénoncent la privatisation galopante de l'espace public pour renflouer les caisses de la ville au détriment des usagers de l'espace public les plus vulnérables.

Les maires d’arrondissement de droite comme de gauche s’inquiètent de voir la Mairie vouloir autoriser des miniterrasses de moins de 0,60 m qui ne manqueront pas de de multiplier et être le plus souvent en débordement.

Dans notre quartier, nous avons bien connaissance du débordements de certaines terrasses (boulevard Soult ou boulevard de Picpus entre autres), mais nous avons peu de trottoirs étroits qui nous mettent dans des situations comparables à celles des quartiers centraux de Paris.

Nous attendons vos commentaires pour prendre connaissance des cas qui nous ont échappés.

Sur Paris.fr :

RATP : Quelles stations pour demain ?

Que nos lecteurs nous pardonnent. Nous découvrons aujourd'hui cette exposition qui se tenait à la maison de la RATP et s'est terminée vendredi dernier. Heureusement, il vous reste internet pour en prendre connaissance :

Les transports publics étant au coeur des projets d’aménagement de la région Île-de-France, la RATP anticipe les évolutions à venir avec « Station Osmose », étude prospective sur les stations de métro du XXIe siècle dans la zone agglomérée dense autour de Paris.

osmose.jpg

Maison de la RATP : 189, rue de Bercy PARIS 12e

11/10/2010

Tramway d'hier et d'aujourd'hui

document.jpegSi vous ne l'avez déjà fait, nous vous conseillons de visiter la passionnante exposition "150 ans du 12e arrondissement" qui se tient dans la salle des fêtes de la Mairie du 12e jusqu'au 22 octobre 2010.

Au delà des photos elles-mêmes, qui vont des fortifications de Thiers à l'inauguration de la place Félix Eboué en 1947, la lecture des cartels est riche d'enseignements. Tel est le cas de cette photo datant de 1908, représentant Tramway électrique de la ligne "Bastille-Saint-Mandé" (ancêtre du bus 86) dont nous avons noté le texte.

document.jpeg

© Maurice Branger/Roger-Viollet - Collection Roger-Viollet

Au tournant du XXe siècle, la région parisienne est sillonnée d'un vaste réseau d'omnibus et de tramways avec un trafic en pleine croissance, lorsqu'en 1900, un redoutable concurrent apparaît : le métropolitain.

Au milieu des années 1920, le développement de la circulation automobile entraîne une attaque virulente contre la tramway, considéré comme archaïque et gênant, et en 1929, le Conseil Général décide la suppression du tramway à Paris. En moins de dix ans, disparaît un des plus importants réseaux de tramway du monde.

La politique du "tout automobile" des années 1960 et 1970 provoque des encombrements de plus en plus importants. Les politiques d'élargissement des rues, souvent au détriment des piétons, ou de création de nouveaux parcs de stationnement ne permettent pas d'endiguer cette nouvelle hausse constante.

En 1980, le Conseil général de Seine-Saint-Denis s'engage en faveur du projet de liaison Saint-Denis-Bobigny. La ligne est finalement mise en service en deux étapes au cours de l'année 1992. La nouvelle ligne 1 du tramway d'Île-de-France, longue de neuf kilomètres connaît très vite un important succès. En 1997, l'ancienne ligne ferroviaire des Coteaux, dans les Hauts-de-Seine, est convertie en ligne de tramway et connaît elle aussi, un grand succès.

Après soixante-neuf ans d'absence, la ligne T3 marque le grand retour du tramway à Paris. Elle est inaugurée le 16 décembre 2006 par Bertrand Delanoë. Actuellement, des travaux ont été lancés pour prolonger cette ligne jusqu'à la Porte de la Chapelle (18e arrondissement). L'inauguration de ce nouveau tronçon, qui passe par le 12e arrondissement , est prévu fin 2012.