Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2011

Le stationnement "réorganisé"

parisA partir du 15 juin 2011, Paris réorganise les zones tarifaires du stationnement de surface. Objectif : apporter une meilleure cohérence tarifaire entre le stationnement de surface (dans les rues) et le stationnement dans les parkings souterrains.

C'est ainsi que, sur son site, la Ville de Paris introduit les dispositions (2011 DVD 43) votées lors de la dernière séance du conseil municipal. Ces mesures, en conformité avec le Plan de Déplacement de Paris nous semblent toutefois n'apporter qu'une réponse partielle au problème du stationnement à Paris.

Modification des zones tarifaires : 

paris

Zones tarifaires au 1er juillet 2009 (cliquez pour agrandir)

paris

 Zones tarifaires au 15 juin 2011 (cliquez pour agrandir)

C'est probablement cette évolution qui justifie le terme de réorganisation.

Augmentation du tarif de stationnement rotatif :

Si le tarif appliqué à chaque zone ne change pas, vous subirez en fait une augmentation de : 

  • 50 % si vous devez stationner en un lieu passé de rose (2,40 €/h) à bleu (3,60 €/h)
  • 100 % si vous devez stationner en un lieu passé de jaune (1,20 €/h) à rose (2,40 €/h), ce qui est le cas de la partie centrale du 12e.

Cette augmentation témoigne de la volonté de la ville d'orienter les automobilistes vers les parkings souterrains afin de libérer de l'espace en surface pour les transports en commun, les piétons et les circulations douces. On ne peut que s'en réjouir.

Maintien du tarif de stationnement résidentiel :

Le tarif du stationnement résidentiel ne change pas : 0,65 € pour une journée ou 3,25 € pour une semaine.

C'est là, à nos yeux, le point faible de ces dispositions : alors que la diminution du tarif de stationnement résidentiel décidée au début de la première mandature de Bertrand Delanoë pour inciter les parisiens à moins utiliser leur voiture, a été bien accueillie, il est vite apparu que cette disposition provoquait une saturation du stationnement en voirie préférée à l'offre résidentielle souterraine (plus chère).

La ville de Paris compte 154 100 places de stationnement intra-muros en surface dont 16 700  de stationnement rotatif et 133 000 de stationnement mixte (rotatif et résidentiel) occupées très majoritairement par des résidents.

Si, comme elle le prétend, la mairie veut rapprocher les tarifs du stationnement dans la rue de celui des parkings souterrains, c'est au stationnement résidentiel qu'elle aurait dû appliquer la hausse en assumant le risque d'une mesure électoralement impopulaire.

Est-il en effet normal qu'une part aussi importante de l'espace public soit occupée par des véhicules rarement utilisés et dont la présence nuit à l'activité économique de la ville ? Les places de stationnement souterraines d'un accès souvent difficile ne devraient-elles pas être davantage utilisées pour du stationnement résidentiel plutôt que pour du stationnement de courte durée ?

La ville ne devrait-elle pas opter pour une réduction du stationnement résidentiel en surface (compensée par des offres avantageuses dans les parkings souterrains publics ou privés) ? Les places dégagées devraient-t-elles pas être majoritairement transformées en zones de livraison dont l'usage serait rigoureusement contrôlé ?

paris

Nous tenons à préciser aux lecteurs résidents, probablement hostiles à une telle proposition,  que l'auteur de cet article est lui-même bénéficiaire du stationnement résidentiel, mais également victime de la gêne causée par des livraisons en pleine voie en raison du manque ou de l'indisponibilité de places appropriées. 

08:12 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : paris

29/04/2011

Que penser des nouveaux tarifs Vélib' ?

parisLe tarif de l'abonnement Vélib' était trop simple ! 1 € pour un jour, 5 € pour une semaine, 29 € pour un an. Quelle que soit la formule choisie, les 30 premières minutes de chaque trajet étaient gratuites.

Frappé par le syndrome des offres de téléphone mobile, le conseil de Paris a adopté la délibération qui, a partir de début mai institue un tarif complexe présenté ainsi sur le site Vélib' :

Bientôt, encore plus de Véliberté avec les nouveautés Vélib' ! (24/03/2011)

À l'approche de ses 4 ans et de ses 100 millions de trajets effectués, la Mairie de Paris fait évoluer Vélib' pour vous offrir encore plus de Véliberté, de confort, de simplicité. Les abonnés annuels, qui représentent plus de 76% des utilisateurs, se verront proposer non plus un tarif unique, mais des offres diversifiées et une tarification à la baisse pour des publics spécifiques. Des nouvelles formules d'abonnement adaptées à vos besoins, des démarches en ligne plus rapides, un réabonnement automatique, une nouvelle carte Vélib' pour gagner du temps...

paris

Plus simplement et plus explicitement :

Le tarif du ticket journalier passe de 1€ à 1,70€, le ticket 7 jours passe de 5 à 8€ avec dans les deux tarifs, le maintien des 30 minutes offertes.

L'abonnement annuel Vélib’Classique reste à 29 euros avec 30 minutes offertes.

Trois nouvelles formules ont vu le jour : Vélib’Passion (39 euros l'année), Vélib’ pour les Jeunes de 14-26 ans (29 euros) et Vélib’ Jeunes Boursiers et insertion professionnelle (19 euros), avec 45 minutes offertes.

paris

Ce tarif inspire plusieurs remarques :

  • l'évolution du prix des tickets de courte durée (60 à 70% d'augmentation) accentue l'intérêt de l'abonnement annuel.
  • l'augmentation de la durée d'utilisation gratuite est réservée aux jeunes et aux boursiers. Il aurait été plus pertinent de l'accorder à ceux qui utilisent Vélib' au quotidien en alternative à d'autre modes de transport et en particulier à ceux qui ont à parcourir les plus grandes distances (habitants de la périphérie).
  • le tarif Passion apparaît un peu comme la version luxe de la carte Vélib', à comparer à la carte Gold.

N'aurait-t-il pas été plus juste de créer une carte sénior offrant 45 mn pour 29 € afin d'encourager les moins jeunes qui pédalent moins vite que leurs cadets ?

07:58 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : paris

22/04/2011

La station Montempoivre prend forme et notre micocoulier va bien

Même si les riverains ont probablement une vision différent de ce qui se passe boulevard Soult, les passants, habitant le quartier ou plus loin ont constaté et apprécié ces dernières semaines :

  • que le chantier de la CPCU devant le numéro 15 soit quasiement terminé (ce qui n'est pas encore le cas de celui situé au débouché de la rue de la Voûte).

paris

 Un parking inespéré pour les visiteurs de la foire du Trône
irréductibles de la voiture (dimanche 17 avril à 18h)

  • que le micocoulier, classé arbre remarquable, ait retrouvé toute sa splendeur printanière,

paris

  • que la station Porte de Montempoivre (la seule située intégralement à Bel-Air Sud), s'apprête à accueillir les lycéens de Paul Valery, 

paris

Le boulevard Soult va bientôt être métamorphosé. Les moutons ne vont pas le reconnaître !

paris

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Source : Parimagine

20/04/2011

Foire du Trône : la Mairie informe

190389613.jpgLa Mairie du 12e a envoyé aux conseillers de quartier de Vallée de Fécamp et de Bel-Air Sud une note d'informations complétant celles transmises le 1er avril et dont nous vous avons fait part ici.

Ces informations devraient normalement apparaître sous peu sur le site municipal. En attendant, nous les portons ci-dessous à votre connaissance.

Lire la suite

14/04/2011

La place Sans-Nom, et maintenant ?

parisLors de leur expérimentation en juin 2009 sur la place Henry Fresnay (photo ci-contre), les conseillers de quartier de Bel-Air Sud avaient proposé la place Sans-Nom comme lieu pour une nouvelle expérimentation de ces jardinières issues d'une collaboration entre l'école Du Breuil et la Direction des Espaces Verts et de l'Environnement (DEVE).

Le 15 avril dernier les conseillers demandeurs comme les riverains ont eu la bonne surprise de les voir apparaître sur la dalle de la place Sans-Nom.

Bien sûr, s'ils avaient été consultés, ils auraient opté pour une disposition plus conviviale que ces alignements austères, mais l'heureuse juxtaposition des bancs aux jardinières a permis à de nombreuses personnes de profiter du lieu.

paris

Une année est passée. L'expérimentation devrait toucher à sa fin. Côté habitants, même si nombreux sont ceux qui espéraient une végétalisation plus haute et plus fournie ainsi que des jardinières plus esthétiques, on a apprécié de voir enfin sur cette place, un aménagement qui incitait à s'arrêter un moment.

paris

Et maintenant, alors qu'aucun n'imagine que l'on puisse revenir à la dalle nue d'avant, il est temps de soumettre à nos élus des propositions d'aménagements pérennes comme :

  • une combinaison de jardinières et de bancs disposés de manière à susciter la détente et à permettre d'accueillir de petites animations.

paris 

  • un manège pour les enfants du quartier

paris 

  • une évocation de l'histoire du lieu (barrière de Picpus)

paris

  • un mobilier urbain dédié à Circul'Livre

paris 

  • un jeu d'échecs monumental

paris

Ce ne sont que quelques idées. Vous en avez probablement plein d'autres que nous vous invitons à nous faire connaître et argumenter pour que se dégage la véritable aspiration des habitants du quartier pour ce lieu. Les commentaires sont ouverts !

07:51 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : paris

05/04/2011

La préfourrière de Bercy

parisAu début du XIXe siècle, le 26 février 1839, le préfet de police décide par arrêté que c'est sous son autorité que seront remis à la fourrière, désormais exclusivement destinée à cette activité, tous les animaux, voitures et autres objets saisis ou abandonnés sur la voie publique dans son ressort territorial.

Dans Paris, cependant, la prise de contrôle de la fourrière par le préfet de police trouve ses origines dans la sauvegarde de l'ordre public.

Après les chiens errants et bicyclettes, la fourrière a commencé dès le début du siècle à réceptionner les premières voitures abandonnées.

Aujourd’hui, les parcs des dix préfourrières et fourrières sont toujours principalement constitués d’automobiles. Mais l'objectif de la fourrière a évolué. Il est aujourd'hui moins d'enlever les voitures abandonnées que de retirer celles gênant la circulation parisienne et qui sont au nombre d'environ 250 000 véhicules par an. (Source : Préfecture de Police)

paris

Dans le 12e, une préfourrière existe à Bercy rue du Général de Langle de Cary. Elle est bien connue des habitués de l'échangeur et des chauffeurs de taxi qui y déposent ceux qui ont été verbalisés pour :

  • Alcoolémie ;
  • Excès de vitesse de plus de 50Km/h ;
  • Infraction à l'assurance ;
  • Infraction relative à la réglementation des transports de matières dangereuses et aux temps de conduite, infractions par rapport aux obligations de réparations ;
  • Infractions par rapport à la tranquillité publique ;
  • Infractions par rapport à l'utilisation des voies réservées ;
  • Infractions au stationnement ;
  • Surcharge ;
  • Certains délits de contravention de 5ème classe.

En plus du montant de l'amende, le propriétaire du véhicule mis en fourrière doit, pour le récupérer, s'acquiter des frais d'enlèvement et de gardiennage. Ces frais qui varient selon la catégorie du véhicule sont de l'ordre de 126 € et 4,60 € par jour.

Si la mise en fourrière apparaît justifiée dès que la sécurité publique ou la gêne est évidente, il est des cas d'enlèvements qui laissent penser qu'on a affaire à une activité lucrative. Cette page du site de France Fourrière tend à le prouver !

01/04/2011

Réinventons la rue d'avant Haussmann

Elles se nomment rue de Toul, rue de la Véga, rue du colonel Oudot ou rue de la Voûte. Leur point commun : ce sont des rues naturellement calmes, ou il fait bon de promener en se sentant relativement à l'écart du bruit et des dangers de la ville. 

paris

Ces rues tiennent leur particularité à un tracé sinueux qui témoigne de leur passé. Elles existaient antérieurement aux travaux d'Haussmann à l'origine de ces axes rectilignes qui, s'ils ont offert à Paris de belles perspectives et des alignements d'arbres, sont source d'excès de vitesse et de bruit.

Les rares rues rectilignes et tranquilles sont celles qui n'offrent pas l'opportunité d'itinéraires malin aux véhicules en transit. Tel est le cas des rues Gossec et Sidi Brahim, bien différentes de la rue Victor Chevreul dans laquelle deux coussins berlinois ont du être posés ou de la rue de Lamblardie, sur laquelle un ralentisseur est envisagé.

La pire des situations est celle des rues qui permettent de voir de loin le feu tricolore suivant, ce qui incite l'automobiliste à accélérer lorsqu'il est au vert. C'est par exemple le cas de la rue Montempoivre ou de la rue Picpus (pourtant antérieure à Haussmann) entre l'avenue Michel Bizot et l'avenue Daumesnil.

Certaines villes de France ont apaisé la circulation automobile en recréant des parcours sinueux au moyen d'un stationnement ou d'obstacles en chicanes. Pour des raisons que nous ignorons, cette disposition n'est pas de mise à Paris.

paris

Pourtant, ces dispositions nous semblent moins brutales que les obstacles verticaux (ralentisseurs, coussins berlinois ou passages piétons surélevés) toujours ressentis par les automobilistes comme une déclaration de guerre qui les amènent à accélérer une fois passé l'obstacle. 

Nous avons noté avec satisfaction que dans le quartier Charolais-Rotonde (dont le chantier vient de commencer), la nouvelle voie qui dessert les constructions présente les caractères d'une future voie tranquille.

paris

Le quartier Charolais-Rotonde (cliquez pour agrandir le plan) 

Au moment ou les urbanistes du cabinet Richard Rogers façonnent le futur quartier Bercy-Charenton, nous leur suggérons de multiplier les axes sinueux au détriment des axes rectilignes qui finissent presque toujours équipés de feux de croisement et de ralentisseurs.

Si sur cette disposition topographique, on évite de muliplier les feux de croisement et on applique le code de la rue, on s'achemine très certainement vers l'espace public apaisé auquel chacun de nous aspire.

Notes :

Rue de la Vega : précédemment rue de la voûte du Cours, elle traversait autrefois le cours de Vincennes sous un passage vouté

Rue de Toul : partie de l'ancien sentier Saint-Antoine

Rue du colonel Oudot : Anciennement chemin des Epinettes et sentier ou chemin de l'Epinette, puis chemin des Coucous et enfin rue des Coucous.

Feux de croisements : inventés pr le français Léon Foenquinos (1889-1954). Le premier a été installé à Paris en 1923.

08:02 Publié dans Voirie Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris

29/03/2011

Le budget participatif est en marche

Il y a un an, nous posions la question : Le budget participatif, qu'est-il devenu ? La réponse vient de nous être donnée :

Conformément à ses engagements de mandature, le 10 mars 2011, Michèle Blumenthal (Maire du 12e) a réuni les conseillers de quartier de l'arrondissement pour les associer au budget d'investissement 2012 d'intérêt local.

Concrètement, les conseillers de quartier ont été invités à participer à un groupe de travail inter-quartier ayant pour but d'affecter 10% du budget du budget d'intérêt local "Espace Public" (127 500 €) aux projets qui leurs semblaient prioritaires parmi 12 opérations qui leur étaient soumises.

Le budget participatif, ça marche !

18 conseillers se sont inscrit pour participer à la réunion de travail qui s'est tenue le 28 mars.

paris

Au cours de cette réunion, les participants ont fait preuve de maturité citoyenne en se plaçant non pas en défenseurs d'intérêts locaux, mais en représentants de l'intérêt général de l'arrondissement. En connaissance des projets qui leurs étaient soumis, ils ont sans hésiter plébicité ceux qui, quelle qu'en soit la localisation, améliorerait la sécurité et la qualité de l'espace public (voirie et squares). Ont été retenus :

  • l'aménagement du carrefour Coriolis-Bercy-Charolais
  • la sécurisation de la rue de Lamblardie
  • la végétalisation/sécurisation de la place Antoine Furetière
  • l'équipement en jeux pour les petits du square Fécamp
  • la rénovation de bancs dans les squares Trousseau, Debergue et Saint-Eloi.

L'étape suivante :

L'an prochain, les choix prioritaires devront être faits, non plus parmi une liste proposée par la Mairie, mais parmi des projets émanants des conseils de quartiers eux-mêmes.

Même si la somme soumise à participation est encore modeste, voilà enfin (osons le dire) une disposition susceptible de donner un nouveau souffle à la démocratie locale.

28/03/2011

Profitez des espaces verts de notre arrondissement

Hier matin, nous sommes passés à l'heure d'été (à 2 heures du matin il était 3 heures). Désormais, la Promenade Plantée ainsi que tous les squares de la ville sont ouverts jusqu'à 20h30. Il est vrai que l'on ne s'intéresse aux horaires d'ouverture des Parcs et Jardins que lorsque l'on trouve porte close. Une bonne occasion pour vous les rappeler :

HorairesDEVE.jpg
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Si l'ouverture des parcs et jardins ne pose guère de problèmes les horaires de fermeture  sont variables en fonction des saisons et des rondes des agents d'accueil et de surveillance (un seul gardien est amené a fermer plusieurs jardins).


Profitons de l'occasion pour vous rappeler les Espaces Verts de notre arrondissement et vous suggérer de visiter en soirée ceux que vous ne connaissez pas :
  • Promenade Plantée (de la Bastille au Bois de Vincennes). Créée en 1988, elle s'étend sur 4,5 km et occupe 65 000 m2
  • Parc de Bercy (128 quai de Bercy). Créé en 1994, il occupe 14 ha.
  • Jardin de l'Arsenal (53 boulevard de la Bastille). Créé en 1983, il occupe 10 400 m²
  • Jardin d'Agronomie Tropicale (45 bis, avenue de la Belle-Gabrielle). Inauguré en 1907, il occupe 4,5 ha.
  • Jardin de Reuilly (1 rue Albinoni). Créé en 1992-1998, il occupe 15 200 m2
  • Jardin du boulevard de Picpus (60 boulevard de Picpus). Créé en 1984, il occupe 1255 m2
  • Jardin Hector Malot (rue Hector Malot). Créé en 1995
  • Jardin 54 rue de Fécamp (54 rue de Fecamp). Créé en 1975, il occupe 4200 m2
  • Jardin de la gare de Reuilly (6 rue Paul Dukas). Créé en 1995, il occupe 2400 m2
  • Square de la mairie du 12ème (1 rue Bignon). Créé en 1877, il occupe 742 m2
  • Jardin du boulevard Carnot (boulevard Carnot). Créé en 1959, il occupe 4018 m2
  • Jardin Debergue Rendez-vous (rue du Rendez-Vous). Créé en 2007, il occupe 6300 m2
  • Jardin de la Fondation Napoléon (2 rue de Picpus). Ouvert en 2007, il occupe 1500 m2
  • Square Charles Péguy (21 rue Rottembourg). Créé en 1989, il occupe 13 045 m2 (non compris l'extension)
DSCN7532 - copie.JPG
au square Charles Peguy
  • Square Trousseau (2 rue Antoine Vollon). Créé en 1902, il occupe 3 757 m2
  • Square de la place de la Nation (16 place de la Nation). Créé en 1875, il occupe 6173 m2
  • Square Courteline (51 boulevard de Picpus). Créé en 1925, il occupe 1090 m2
  • Square Emile Cohl (6 rue Jules Le maître). Créé en 1959, il occupe 2857 m2
  • Square George-Méliès (3 rue Albert Malet). Créé en 1959, il occupe 2994 m2
  • Square Van Vollenhoven (5 rue Marcel Dubois). Créé en 1937, il occupe 3687 m2
  • Square Saint-Eloi (11 rue du Colonel Rozanoff). Créé en 1974, il occupe 10 309 m2
  • Square Frédéric Rossif (175 rue de Charenton). Créé en 1978, il occupe 1200 m2
  • Mail Gatbois (12 passage Gatbois). Créé en 1997, il occupe 1300 m2
  • Square Albert Tournaire (angle quai de la Rapée pont d’Austerlitz). Créé en 1926, il occupe 1926 m2
  • Square Léo Ferré (Rue de Cîteaux). Créé en 2008, il occupe 1000 m2
  • Jardin partagé d’insertion Georges-et-Maï-Politzer (24-26 rue Georges-et-Maï-Politzer). Créé en 2009, il occupe 430 m2

26/03/2011

En 2013, la baignade dans le lac Daumesnil !

Poisson d'Avril précoce ? on est en droit de le penser. En tout cas, le Parisien l'affirme ce matin en se référant à Anne Le Strat, adjointe (DVG) en charge de l’eau et des canaux à la mairie de Paris :

Ce sera une première dans la capitale : à l’été 2013, on pourra se baigner dans le lac Daumesnil au bois de Vincennes. Les études sont lancées dès cette année.

1377351_02a3a9f6-5744-11e0-b410-001517810e22_640x280.jpg

L'article complet se trouve sur cette page.